Le chômage wallon au plus bas depuis les années 90

Publié : jeudi 3 mai 2018 Par

Tout comme à Bruxelles, le taux d’emploi en Wallonie a atteint des chiffres records. Fin avril, le nombre de demandeurs d’emploi en Wallonie est passé sous la barre symbolique des 200.000, ce qui n’était plus arrivé depuis le début des années 90, a annoncé mercredi le Forem.

Chômage wallon

La Wallonie comptait 198.279 demandeurs d’emploi inoccupés, soit 12,6 % de la population wallonne. La baisse est de 17.799 unités ou 8,2% à un an d'écart et de 4.510 unités ou 2,2% par rapport à mars 2018. Toutes les classes d’âge sont concernées, le recul le plus prononcé se situant parmi les 40-50 ans (-10,2%).

Les explications pour analyser ces chiffres sont multiples. Outre l’embellie sur le front de la conjoncture économique depuis 2014, les créations d’emploi sont aussi de plus en plus robustes. L’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps) estime par exemple à 15.000 le nombre de postes qui seront créés en Wallonie cette année. On peut également souligner les perspectives positives sur le front de l’embauche des employeurs, et de l’intérim, explique L'Écho.

À côté de ces différents facteurs, le Forem évoque également l’aspect démographique. “La population active a augmenté un peu moins vite en Wallonie et il y a une hausse des départs à la retraite”. Il faut également rappeler que la réglementation sur le chômage a eu un impact à la baisse sur les chiffres. “En 2017, 4.358 personnes en fin de droit sont sorties des statistiques du chômage”.

Enfin, d’autres mesures comme le tax shift et l’accompagnement individualisé des chômeurs ont aussi permis de booster l’emploi dans le sud du pays.

Toutefois, le Forem s’attend à ce que le nombre de demandeurs d’emploi repasse rapidement le seuil des 200.000, notamment cet été lors de l’inscription au chômage des jeunes après leurs études.

Retour à la liste