Le CHU de Charleroi veut renforcer son département infirmier

Date de publication: 8 nov. 2020
Catégorie:

Au CHU de Charleroi, qui fait partie de l’ISPPC, le département infirmier est composé de 1.376 équivalents temps plein. Avec 4 hôpitaux, une dizaine de polycliniques mais également trois maisons de repos et de soins, l’Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi offre des perspectives de carrière diverses aux «blouses blanches».

«Chacun peut y trouver sa place», explique Sébastien Ninite, Directeur du Département Infirmier. «Le travail en équipe, l’humain et la satisfaction du patient sont des priorités au sein du service public. Et cela ne fonctionne que si l’on est bien dans son job. Voilà pourquoi, au CHU de Charleroi, les nouveaux arrivants sont accueillis par des ICANE, Infirmiers Chargés de l’Accompagnement des Nouveaux Entrants, puis parrainés durant plusieurs mois».

Plus concrètement, le personnel infirmier dispose de plusieurs avantages: un sursalaire mensuel de 11% pour les prestations irrégulières, une valorisation des titres et spécialisations, 6 jours de congés supplémentaires liés à l’assiduité et 3,5 jours de congés extra-légaux, ainsi que des horaires attractifs (1 week-end sur 3). Sans oublier les restaurants d’entreprise à petits prix, le remboursement des transports en commun, des possibilités de logement à bas coût, l’accès prioritaire aux 6 crèches de l’Intercommunale et, bien entendu, des avantages en matière de soins de santé pour l’agent et ses proches.

Hôpital universitaire, le CHU mise également sur le développement des nouvelles technologies et la formation permanente qui permet aux infirmiers d’évoluer, d’accroître leur salaire ou de changer d’orientation, ce qui est facilité par le caractère multi-sites de l’Intercommunale. Le management s’oriente vers le participatif et l’humain. «Les équipes collaborent à des projets de services et, récemment, elles ont été récompensées par l’accréditation de la Haute Autorité de Santé française, un sésame qui n’avait jamais été octroyé jusqu’alors à un hôpital hors de l’Hexagone», poursuit Sébastien Ninite. Au cours de la crise sanitaire, la Direction a aussi veillé à ce que l’ensemble du personnel touche 100% de son salaire, en organisant les équipes en cohortes (7 jours de travail / 7 jours de repos) et en les soutenant sur le terrain.

Actuellement, le CHU de Charleroi recrute une vingtaine d’infirmiers pour ses différents sites, avec un besoin accru pour les soins intensifs. Mais d’autres professionnels sont également recherchés tels que les techniciens de laboratoire ou en imagerie médicale, des pharmaciens, des gériatres... «À l’ISPPC, l’engagement de chacun fait la réussite de tous. C’est ça qui est motivant», conclut Sébastien Ninite.

6

Le CHU de Charleroi englobe les hôpitaux André Vésale, Marie Curie, Léonard de Vinci et Vincent Van Gogh. ©