Le congé “gueule de bois”: une réalité pour cette entreprise londonienne

Publié : mercredi 3 janvier 2018 Par

Les salariés de l’entreprise Dice, basée dans le quartier de Shoreditch à Londres, pourront désormais se la coller en toute impunité, mais toujours avec modération. Cette entreprise à l’origine d’une application de billetterie pour concerts propose en effet à ses salariés des congés "gueule de bois", rapporte le journal britannique Evening Standard.

L’objectif? Installer un climat de confiance au sein de la boîte et arrêter “de faire semblant d’être malade” explique le fondateur de l’entreprise. “Toute notre équipe vit pour la musique et, dans l’industrie, certaines des meilleures affaires se concluent après un concert”, explique Phil Hutcheon. “Nous faisons confiance à nos équipes et nous voulons que les gens puissent être honnêtes s’ils vont voir de la musique en live, même tard. Pas besoin d’inventer des maladies bidon”.

Une initiative saluée par les salariés qui pourront désormais, en concert ou en festival, négocier leurs contrats autour d’un (ou plusieurs) verre(s) sans redouter l’état vaseux du lendemain. Car si les négociations s’avèrent fructueuses et un peu trop arrosées, il leur suffira d’envoyer sur le WhatsApp du patron un code magique – composé d’un émoji “bière”, “musique” ou “malade” – pour pouvoir décuver sans scrupules sous la couette.

Si l’initiative paraît aussi géniale qu’originale, elle demeure (comme l’alcool) à consommer avec modération. Le quota de congé “gueule de bois” étant limité à quatre jours, de manière à assurer la productivité des salariés.

>> Vous cherchez un job ? Découvrez nos 1.500 offres d'emploi !

Retour à la liste