Le contrôle technique d’Eupen se modernise et veut augmenter ses effectifs

Date de publication: 27 juin 2022
Catégorie:

Le contrôle technique d’Eupen va bientôt déménager. Fini le site historique de la rue de Verviers. Autosécurité s’installera prochainement près de la E40, dans un hall plus vaste, plus confortable, plus accueillant. Du coup, le groupe recrute des inspecteurs dans la région !

autosécurité

Nouveau site dans la capitale de la Communauté germanophone

Le contrôle technique se modernise. C’est notamment le cas à Eupen. Autosécurité, le plus important opérateur du secteur en Wallonie, construit un nouveau site combiné contrôle technique permis de conduire dans la capitale de la Communauté germanophone.

Équipements et infrastructures en constante évolution

« La station actuelle date de 1972 et elle ne correspond plus à nos standards », explique Philippe Nellissen, directeur technique adjoint chez Autosécurité. « Le bâtiment a vieilli. De plus, il est au bord de la rue de Verviers, une route très fréquentée. Ce n’est pas si facile d’y accéder. » Le site n’était pas non plus prévu pour accueillir autant de véhicules qu’il n’en reçoit aujourd’hui.

Le nouveau bâtiment abritera donc 6 lignes de contrôles techniques, contre 3 aujourd’hui. « On va doubler la capacité. En haute saison, on pourra monter jusqu’à 100 voitures par ligne et par jour », confirme Philippe Nellissen. Et la nouvelle station sera plus facilement accessible tant pour la clientèle que pour les membres de notre personnel : elle se trouvera près de l’autoroute E40.

Niveau équipement, si rien ne manque dans la station actuelle, Philippe Nellissen assure que le nouveau site bénéficiera d’un matériel « totalement à la pointe de la technologie. « Il est essentiel pour nous d’offrir à nos inspecteurs une informatique performante et des équipements innovants. Une attention est également portée au bien-être. A côté du hall, les locaux sociaux (vestiaires, réfectoire, sanitaires) seront aussi plus agréables. « On se concerte avec les employés pour que ce soit le mieux pensé possible pour eux au quotidien. »

 Inspecteurs germanophones recherchés

Philippe Nellissen   patrick Arloff

Philippe Nellissen, directeur technique adjoint chez Autosécurité et Patrick Arloff, inspecteur à Eupen.

Ces investissements sont une bonne chose pour les visiteurs, mais donc aussi pour les employés. « Le confort de travail, ça a des conséquences sur les clients mais aussi sur nous », témoigne Patrick Arloff, inspecteur à Eupen. « Je pense par exemple au remplacement des anciens ponts pneumatiques par des ponts hydrauliques. Avant, cela faisait un bruit infernal ! Les gens avaient peur qu’on ‘démonte’ leur voiture. », sourit-il. « Maintenant, on n’entend pratiquement plus rien. C’est mieux pour tout le monde. »

Et avec le déménagement, l’équipe d’inspecteurs va s’agrandir. Ils sont actuellement une quinzaine. « On aimerait augmenter l’effectif », reprend Philippe Nellissen. Des germanophones ou au moins des francophones parlant l’allemand sont principalement recherchés. « Pour la qualité du service, c’est logique pour nous d’avoir un maximum d’inspecteurs germanophones. L’accent est également mis sur la convivialité. Garantir un bon environnement de travail et favoriser un esprit d’équipe , c’est hyper important pour nous. Et cela se ressent ensuite avec sur la clientèle ! »

Pour postuler, il faut être en possession d’un CESS dans un domaine lié à la mécanique automobile. Il faut être motivé et se rappeler qu’être  inspecteur au  contrôle technique, c’est avant tout participer activement à la sécurité routière des usagers de la route. Mais c’est aussi l’occasion de trouver un travail stable et d’intégrer un processus d’apprentissage continu au fil de sa carrière (formations, certifications, …), le tout dans un environnement de travail agréable et familial. Une aubaine dans le domaine de la mécanique.

Enfin, la station d’Eupen sera l’un des 7 sites wallons agréés pour faire des contrôles « moto ». Une nouveauté et de nouvelles perspectives : « Cela diversifiera notre travail. On pourra attirer des amateurs de moto », se réjouit Patrick Arloff. « Surtout que dans la région, il n’y a plus tellement de garages moto. »

autosécurité

Le chantier devrait être fini pour la fin de l’année ou début 2023. D’ici là, si vous souhaitez postuler, rendez-vous dans la rubrique « Jobs » du site www.autosecurite.be