Le néerlandais ou la clé pour décrocher un emploi à Bruxelles

Publié : mercredi 2 mai 2018 Par

La connaissance des langues pose-t-elle un problème aux demandeurs d’emploi à Bruxelles? 

Néerlandais

La réponse est oui. Il existe un réel décalage entre les exigences des employeurs et les connaissances linguistiques des chercheurs d’emploi dans la capitale. Les chiffres sont en effet surprenants: seulement 7 % des chercheurs d’emploi bruxellois ont une bonne connaissance du néerlandais. Or la moitié des offres d’emploi exigent des connaissances linguistiques, selon l’Observatoire bruxellois de l’Emploi et de la Formation.

Si le constat n’est pas neuf, il est toujours d’actualité et problématique, déclare Grégor Chapelle, le directeur d’Actiris, l'Office régional bruxellois de l'Emploi. Il précise néanmoins qu'il ne s’agit pas forcément de devenir bilingue mais qu'il est par contre nécessaire de maîtriser le vocabulaire utile au secteur concerné.

Pour ce faire, Actiris investit 7 millions d'euros chaque année dans la formation en langues des chercheurs d'emploi bruxellois. Certaines entreprises, comme Securitas, actuellement à la recherche de 150 nouveaux agents à Bruxelles, se voit ainsi offrir une offre sur mesure par Actiris pour la formation de leurs nouveaux agents. Les 150 candidats retenus ont signé une promesse d'embauche avec la perspective d'un contrat à durée indéterminée, s'ils suivent la formation.

Si Actiris continue à s'investir énormément dans la mise en place de formations, la solution idéale pour Grégor Chapelle reste toutefois l'instauration d'un enseignement bruxellois bilingue, voire trilingue.

 

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi 2018

Retour à la liste