Le retour de David Goffin : combien gagne-t-il?

Ça y est : David Goffin est de retour. Il intègre le tableau final du tournoi de Montréal. C'est l'occasion de faire le point sur ce que cette année "maigre" lui a rapportée...

Le célèbre lucky loser

C’est resté gravé dans toutes les mémoires : en 2012, David Goffin, joueur professionnel de tennis depuis quatre ans à peine, participe pour la première fois à un tournoi du Grand Chelem. À la surprise générale, « lucky loser », il intègre alors le tableau final de Roland-Garros, rappelant le parcours de son compatriote Dick Norman qui avait atteint les huitièmes de finale de Wimbledon dans les mêmes circonstances, en 1995.

Parcours surprenant, s’il en est. Il a commencé le tennis très jeune, à l’âge de cinq ans, moment où son père décide de l’entraîner. À dix-huit ans, il décide de se lancer dans une carrière professionnelle de tennis. Il participe au tournoi de Roland-Garros junior en mai 2008, où il atteint le deuxième tour, avant de se faire éliminer dès le premier tour à Wimbledon junior. Il remporte ensuite quelques tournois en Belgique et en France.

Premier tournoi ATP

En 2011, il joue pour la première fois dans le tableau final d’un tournoi ATP (Open de Chennai), où il atteint le second tour. C’est ce même tournoi qui le révélera un an plus tard : il arrive alors en quarts de finale, ce qui est a priori de bon augure pour la suite. Dans la foulée, il bat aussi Xavier Malisse et gagne ainsi pour la première fois face à un joueur du top 50. Mais qui eut pu imaginer l’ascension fulgurante qu’il connaîtra en juin 2012 ? C’est en tant que lucky loser qu’il intègre le tableau principal du tournoi, à la suite du retrait de Gaël Monfils. Premier tour, deuxième tour, troisième tour et… huitièmes de finale face à Federer, son idole depuis toujours.

Roland-Garros

Et il le fait transpirer, le Roger : Goffin ne rend les armes qu’au bout de quatre sets haletants (5-7, 7-5, 6-2, 6-4). Désormais 64e joueur mondial, il représente la Belgique aux Jeux olympiques de Londres en juillet de la même année. Il connaît alors des hauts et des bas : il est éliminé au troisième tour à Wimbledon, perd au premier tour aux Jeux olympiques, arrive en quarts de finale à Winston-Salem, est éliminé dès le premier tour à l’US Open et à l’Open de Stockholm, avant de revenir en force (quarts de finale) à l’Open de Valence, où il bat un top 15 et atteint la 42e place mondiale (son meilleur classement). C’est alors sa dernière victoire marquante. En effet, il s’engage ensuite sur un terrain glissant : 12 défaites au premier tour en 2013, pour 7 victoires en tournois ATP. Il sort du top 100, avant d’y faire son retour en atteignant le deuxième tour au tournoi de Washington. Il redevient alors le meilleur joueur belge et se classe 86e mondial. Aujourd’hui, il intègre le tableau final du tournoi de Montréal.

Le parcours de Goffin se termine (pour le moment) donc sur une bonne note. Et si certains ont pu parler de « déprime du tennis belge », il semblerait que le joueur de 22 ans, qui avait remporté 360 104 dollars en tournois l’année passée, ne soit pas à plaindre. Voici donc ce que cette année « maigre » lui a rapporté :


Tournoi

Gains

Brisbane

7 550 $

Auckland

4 440 $

Open d’Australie

27 600 $

Rotterdam

8 820 €

Marseille

5 410 €

Dubai

12 415 $

Indian Wells

16 000 $

Dallas

2 150 $

Miami

25 300 $

Monte Carlo

9 305 €

Bucharest

7 100 €

Oeiras

7 100 €

Madrid

11 845 €

Bordeaux

4 260 €

Dusseldorf

4 200 €

Roland Garros

21 000 €

Halle (Allemagne)

7 005 €

’s-Hertogenbosch (Pays-Bas)

3 990 €

Wimbledon

23 500 £

Istanbul

1 245 €

Eskisehir (Turquie)

6 150 €

Washington

7 765 $

TOTAL

268 451 $

 

Retour à la liste