Le secteur ferroviaire recrutent massivement

Les chemins de fer recrutent largement cette année. Les trois entités responsables du rail en Belgique (SNCB, Infrabel et HR Rail) ont besoin de nouvelles recrues pour remplacer les départs naturels.

> Voir aussi : Le secteur public, loin des clichés

Les chemins de fer engagent » est probablement un slogan du rail belge que vous avez déjà vu ou entendu à plusieurs reprises. Avec 32.000 collaborateurs, il est certain que le recrutement régulier est indispensable. Cette année encore, les nouveaux collaborateurs au sein de la SNCB, Infrabel et HR Rail seront nombreux. « Nous tablons sur l’engagement de 2.500 personnes sur 2017. C’est un chiffre en hausse par rapport aux deux dernières années », explique Alain Dupont, le porte-parole de HR Rail. Une hausse qui s’explique par le départ à la retraite d’une partie des travailleurs. Pour les remplacer, les chemins de fer auront besoin de profils forcément très divers. « Notre demande se fait toutefois pour le moment en priorité pour les conducteurs et accompagnateurs de train. » La formation de ces profils très spécifiques se fait directement en interne et s’étale sur un an pour les conducteurs. « Il faut avant tout des personnes motivées car l’horaire n’est pas 9h-17h. Toutefois, certaines contraintes sont contrebalancées par d’autres avantages, comme la possibilité d’organiser son temps de travail à l’avance », continue Alain Dupont.

> Consultez les offres d'emploi de HR Rail 

La SNCB, mais pas seulement

La participation à des salons est avant tout l’occasion d’informer le public. « Les gens ont parfois tendance à croire que le réseau ferroviaire en Belgique se limite à la SNCB, ce qui n’est évidemment pas le cas. Il y a également toute l’activité autour et l’infrastructure » , continue Alain Dupont, qui a pu constater directement l’intérêt de ce type de démarche. « Fin mars, nous avions déjà trouvé 900 nouveaux collaborateurs. Un signe que notre présence dans des salons comme Talentum fonctionne », sourit le responsable de la communication.

> S'inscrire grauitement au salon de l'emploi Talentum

Les entreprises du groupe ont besoin également d’ingénieurs. Si ces derniers se font rares sur le marché, Alain Dupont estime que le rail belge a plus d’un attrait. « Nous pouvons vraiment jouer sur l’aspect défi. Développer un réseau de transport ferroviaire est un sérieux challenge qui est stimulant. Puis l’intérêt sociétal de notre travail est également apprécié. Voir que son emploi bénéficie à l’ensemble de la population est très gratifiant », continue le porte-parole. Et pas besoin nécessairement d’avoir des années d’expérience derrière soi pour postuler. « On accorde un vrai intérêt pour les profils juniors que nous cherchons aussi à démarcher. On fait plusieurs actions pour les attirer et pas simplement avoir un stand dans un jobday. On organise, par exemple, le Belgian Railways Competition for Technicians qui propose un défi à des étudiants en leur soumettant un problème technique concret qu’ils doivent résoudre. La finale aura d’ailleurs lieu très prochainement », précise encore Alain Dupont. L’occasion probablement pour le rail de recruter quelques nouveaux travailleurs.

> Voir aussi : Dans quel secteur a-t-on le plus de congés?

Par

Publié :

Retour à la liste