Le slow-working, la nouvelle méthode de travail?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 14 févr. 2022

À l’heure où tout s’accélère, où il faut mener à bien son travail et ses tâches de manière efficace et rapide, on ne sait plus où donner de la tête. Et si vous preniez le temps et optiez pour le slow-working ?

slowworking

De nos jours, l’emploi fait partie intégrante de notre quotidien qui se résume d’ailleurs très bien par le dicton « boulot-métro-dodo ». Le travail tend même parfois à empiéter dans notre vie privée. Dans cette optique, il importe de savoir prendre du recul et de mettre en place le slow-working.

Cette méthode de travail se définit, selon la chercheuse et écrivaine canadienne Myriam Jézéquel, comme une manière différente de s’approprier son temps de travail pour en faire un meilleur usage. C’est en prenant le temps de faire les choses que l’on fait attention aux détails. Autrement dit, le slow working garantit un travail de qualité.

Comment appliquer « le travail doux » dans ses tâches professionnelles de tous les jours ?

#1 Faites l’état des lieux de votre situation

Repenser sa méthode de travail est l’occasion de faire le point sur son rythme professionnel. Ne vous sentez-vous pas surmené ? Ne travaillez-vous pas à une cadence trop élevée ?

Essayez de découvrir ce qui est à la cause de ce rythme effréné et essayez d’être le plus objectif possible dans votre évaluation. Ne remettez pas uniquement la faute sur l’absence de votre collègue, vous êtes peut-être aussi responsable de la quantité de votre travail.

Parfois, cela peut-être de simples éléments anodins qui sont à l’origine de ce sentiment d’urgence ou de stress au travail. En les identifiant vous pourrez aller de l’avant.

#2 Réappropriez-vous votre temps de travail

Lorsqu’on est débordé, on a tendance à tout mettre au même niveau, notre to-do list s’agrandit sans vraiment voir la fin et sans savoir quelle tâche est prioritaire. « Vite faire et bien faire ne doit pas empêcher de faire la bonne chose », selon Stephen R. Covey, cité par psychologies.com.

Établissez donc une hiérarchie dans votre manière de travailler et faites en sorte que les mails, appels ou autres messages ne viennent pas perturber votre activité.

#3 Prenez le temps de réfléchir

Avec un rythme professionnel qui défile à toute allure, ce n’est pas toujours facile de prendre du temps pour soi, de réfléchir et de se dégager du temps pour penser. C’est cela aussi le slow-working.

Plus il y a de bruit, de pression environnante, moins il est facile de se concentrer. De plus, si vous êtes surmené, vous oublierez très certainement de vous laisser une plage horaire pour réfléchir.

Prenez le temps de le faire. Quelques minutes par jours, c’est une manière pratique de reprendre le contrôle de sa journée mais aussi de s’interroger régulièrement sur des questions essentielles pour son entreprise.

#4 Évitez d’être trop « multitâches »

Au travail, il faut aller vite et être efficace. Les deux ne vont pas toujours de pair. En fait, faire plusieurs choses en même temps, comme lire un mail, consulter les réseaux sociaux et répondre au téléphone, vous switchez d’une information à une autre sans vraiment être concentré pleinement sur l’une en particulier.

En pensant être plus efficace, vous créez de la fatigue cognitive et risquez de faire davantage d’erreurs et mettre plus de temps à accomplir vos tâches. C’est donc bien de réaliser plusieurs choses en même temps mais assurez-vous d’être proactif dans ce que vous faites.

>> À lire aussi : La méthode ABCDE pour gérer son temps de travail

>> Consultez toutes nos offres d'emploi