Le temps de travail de 4 télétravailleurs sur 10 n'est pas monitoré

Date de publication: 30 avr. 2021

C'est ce qu'il ressort d'une étude menée par Protime auprès de 1000 travailleurs belges francophones depuis le début de la pandémie.

télétravail

Votre temps de travail est-il enregistré lorsque vous travaillez à domicile ? Pour quatre télétravailleurs sur dix (39,8%), la réponse est négative. Lorsque le temps de travail est bel et bien enregistré, cette pratique permet aux télétravailleurs de mieux dissocier les plages de travail de la sphère privée (62%). Malgré cet incontestable atout, près de deux télétravailleurs sur trois (57%) continuent à considérer ce monitoring comme un moyen de contrôle de leur employeur.

C'est ce qu'il ressort d'une enquête réalisée par Protime auprès de 1.000 travailleurs belges francophones qui, depuis le début de la pandémie, travaillent régulièrement ou constamment depuis leur domicile.

L'étude révèle également que plus de la moitié des répondants (55,8%) ont le sentiment que leurs plages privées et professionnelles se mélangent davantage que lorsqu’ils travaillaient au bureau en présentiel.

Enregistrer le temps de travail : un bon moyen pour dissocier vie professionnelle-vie privée

L’enregistrement des heures prestées permet aux télétravailleurs de mieux dissocier leurs plages de travail de leur sphère privée. C’est l’avis de plus de 6 répondants sur 10 (62%) qui pratiquent le monitoring de leur temps de travail. Cet enregistrement leur permet d’avoir davantage de souplesse dans les heures de début et de fin du travail, ainsi que d’éviter de surtravailler. Plus du quart des répondants (27,1%) n’étaient pas d’accord avec cette assertion, tandis que 11% n’ont pas souhaité répondre.

L’enregistrement du temps de travail n’est pratiqué que pour 60,2% des télétravailleurs, alors que ce pourcentage était de 65,7% pour le travail présentiel. Ce monitoring du temps de télétravail se fait surtout sur ordinateur (portable) (52,6%), suivi par une feuille Excel (22,1%) et via une application mobile (21,7%).

Enfin, l'étude s'est intéressée à la façon dont le temps de travail est mesuré par l'employeur:

  1. Via un système d’enregistrement du temps sur mon PC ou laptop (52,6%)
  2. Via un fichier Excel (22,1%)
  3. Via une application mobile (21,7%)
  4. Sur papier (13,1%)
  5. Autre (8,1%)

Sophie Henrion, porte-parole de Protime, estime pour sa part que cette pratique doit plutôt être considérée comme un outil de monitoring, qui donne un aperçu fiable des heures prestées et qui permet donc de maîtriser la pression et le stress engendrés par le travail. « À l’instar d’un radiofréquencemètre, qui nous avertit lorsqu’on dépasse un certain niveau d’intensité physique, l’enregistrement du temps fait aussi office de sonnette d’alarme. Personne ne devrait se sentir obligé de travailler 60 heures par semaine pour venir à bout de son boulot. En cette période où le télétravail devient la norme, les versions modernes de l’horloge pointeuse - qui se présentent sous la forme d’une application mobile et qui enregistrent aussi la productivité – sont encore plus utiles et importantes. Les managers ont un rôle essentiel à jouer dans cette optique. Lorsque la pression du travail se fait trop forte, ces outils leur permettent d’ajuster le planning à temps, et ainsi d’éviter les burn-outs. »

>> À lire aussi : L'IA pour un meilleur équilibre vie privée-vie professionnelle

>> Consultez toutes nos offres d'emploi