Le travailleur belge est-il frustré?

Publié : mercredi 25 avril 2018 Par

Le travailleur belge serait frustré de ne pas avoir son mot à dire, selon une étude réalisée par le prestataire RH SD Worx. Les travailleurs belges dénoncent en effet leur niveau de participation trop faible au sein de leur organisation. Plus de la moitié d’entre eux se disent ainsi insatisfaits de ce degré de participation ou de l’impact qu’ils ont sur l’entreprise où ils travaillent.

Travailleur

La taille de l’organisation aurait un impact sur le degré de satisfaction par rapport à la participation. Les PME comptent plus de travailleurs satisfaits, tandis que les organisations de plus de 500 collaborateurs frustrent plus de la moitié de leurs employés. La culture d’entreprise y joue également un rôle.

"Dans les organisations hiérarchiques, présentant un environnement de travail très formalisé, sept collaborateurs non exécutifs sur dix estiment la participation insuffisante. Dans les entreprises avec une culture familiale, le proportion tombe à 40%".

"C'est dommage, car des études internationales montrent que les travailleurs qui ont davantage leur mot à dire sont plus impliqués et plus engagés", analyse Lorenzo Andolfi, conseiller HR chez SD Worx. "Ils peuvent ainsi représenter une plus-value économique accrue pour l'entreprise. Les entreprises ont donc tout intérêt à donner suffisamment voix au chapitre aux travailleurs, et à les impliquer dans le processus de décision."

Mais les travailleurs belges ne seraient finalement pas si insatisfaits de leur situation : 73,2 % d’entre eux estiment avoir suffisamment de latitude pour régler eux-mêmes leur travail et 86,5 % d’entre eux sont satisfaits de leur degré d’autonomie et d’indépendance.

Retour à la liste