Les 3 carrières de Marc Wilmots

Nom: Marc Robert Wilmots
Né le 22 février 1969 à Dongelberg
Domicile: Saint-Trond
Marié à Katrien Lambeets, avocate spécialisée en droit du sport
Fonction: entraîneur de l'équipe nationale belge

L'ancien assistant de Georges Leekens n'a pas mis longtemps avant de devenir l'homme de la situation. Quand Marc Wilmots a pris les rênes de l'équipe nationale, celle-ci plafonnnait à la 54e place du classement FIFA. Grâce à d'excellents joueurs et à sa stratégie, les Diables Rouges caracolent aujourd'hui à la 10e place du classement FIFA, loin devant l'équipe de France qu'il affronteront ce mercredi 14 août dans un match amical.

La mission de l'entraîneur : conduire l'équipe nationale au Brésil en 2014 pour la coupe du monde. Et c'est plutôt bien parti. Entier, patriote et obstiné, Wilmots dispose d'un énorme capital sympathie auprès des supporters comme des joueurs. Retour sur la carrière d'une icône du football belge, figure emblématique des Diables Rouges.

1986: Marc Wilmots, le footballeur

Le Brabançon a débuté sa carrière footballistique à Jodoigne en 1984. A peine deux ans plus tard, il fait ses premiers pas en division 1 dans l'équipe de Saint-Trond.

De 1988 à 1991, il jouera pour Malines. Le Club devient Champion de Belgique en 1989.

En 1991, Wilmots rejoint le Standard de Liège. L'équipe remporte la Coupe de Belgique en 1993.

Il partira jouer au Shalke 04 en 1996. Il restera dans le club allemand jusqu'en 2003, malgré une courte parenthèse (en 2000-2001) sous les couleurs de Bordeaux. Wilmots dans ses rangs, le Schalke 04 remporte l'Europa League en 1997 et la Coupe d'Allemagne en 2002.

Marc Wilmots fait partie des Diables Rouges de 1990 à 2002. En 2002, il marque un but mémorable contre le Brésil en huitième de finale de la coupe du monde. Déception générale: son but est annulé par l'arbitre jamaïcain Peter Prendergast.

Belgique-Brésil 2002: La vidéo du but annulé

 2003: Marc Wilmots, le sénateur

En 2003, à l'âge de 34 ans, Marc Wilmots met un terme à sa carrière de joueur pour consacrer plus de temps à sa famille. Il se lance alors dans la politique aux côtés de son ami Louis Michel. Sur les listes MR, il comptablise plus de 100.000 voix de préférences et obtient un siège de sénateur.

L'ancien footballeur se montre toutefois vite déçu par ses nouvelles fonctions parlementaires. "Comment marquer vu qu'il n'y a pas de but?" aurait-il glissé à son collègue Alain Courtois. Marc Wilmots abandonne donc ses ambitions politiques pour se consacrer à nouveau au football. N'ayant pas de suppléant MR pour reprendre son siège de sénateur, il demande en 2005 à conserver son poste tout en ne percevant plus de salaire. Une proposition qui a remué le monde politique avant d'être finalement refusée.

Marc Wilmots a donc versé ses honoraires à des oeuvres caritatives destinées au sport et à la jeunesse.

2004: Marc Wilmots, l'entraîneur

Dès 2004, sa carrière de sénateur à peine entamée, Marc Wilmots est engagé en tant qu'entraîneur au Saint-Trond VV. Il sera licencié en 2005, après une saison et demi en demi-teinte.

En 2009, Marc Wilmots devient adjoint entraîneur des Diables Rouges aux côtés de Dick Advocaat. Après le départ de celui-ci en 2010, Georges Leekens prend le relais de coach de l'équipe nationale belge. Marc Wilmots reste son adjoint.

Après le départ de Georges Leekens pour Bruges, l'ancien Diable Rouge assume l'intérim pour deux matchs de l'équipe nationale qui se déroulent très bien. Et le 6 juin 2012, il devient officiellement sélectionneur des Diables.

Marc Wilmots avait également un rôle de consultant auprès de la RTBF, où il commentait certains matchs en compagnie de Rodrigo Beenkens. Il a dû cesser cette activité.

La réaction de Marc Wilmots après sa nomination en juin 2012

 

Retour à la liste