Les 5 pires bêtises des employés en 2012

On fait tous de son mieux au travail. Sauf certains travailleurs qui – expressément ou sans le vouloir – flanquent complètement la pagaille. Voici un florilège des plus grosses gaffes de 2012

1. Hors de contrôle

Un vendeur de 52 ans nommé Lynn Benson avait certainement passé une mauvaise journée au travail. Personne ne sait ce qui lui est arrivé au juste, mais toujours est-il qu’un jour, après les heures de travail, il s’est introduit dans un bulldozer D-6 appartenant à son entreprise Ritchie Bros. Auctionneers. Il est ensuite rentré à toute allure dans les bâtiments où il avait travaillé durant douze ans. Les dégâts étaient énormes et les dommages s’élevaient à 1,5 millions de dollars. "Les vendeurs doivent souvent lutter contre le stress" a déclaré Frank Wilson, le vice-président de Ritchie Bros. Auctionneers. "Mais j'ignorais la gravité des problèmes de Benson. Il a vraiment besoin de se faire aider."

2. Permis de faire pipi

Cameron Jankowski, employé par un restaurant Taco Bell à Fort Wayne, dans l’Indiana, a tweeté une photo de lui en train d’uriner sur un plat de nachos. "Devinez où je travaille", disait la légende. Une tornade de réactions indignées s’en est suivie, et Jankowski a fini par se défendre en tweetant qu’il n’avait pas servi le plat à ses clients. "Et il n’existe aucune loi qui dit où il faut pisser ou pas" a-t-il ajouté. Il a tout de même été licencié. En réaction, la porte parole de Taco Bell Amy Kavanaugh a déclaré: "nous ne trouvons absolument pas cette blague acceptable et nous avons demandé aux autorités de prendre des mesures."

3. Du café dans les veines

Pendant son troisième jour de travail en tant qu’infirmière-stagiaire à l'hôpital de Rio de Janeiro, Moreira Telles (23 ans) a injecté par accident un mélange de lait et de café à une patiente âgée. La boisson a atteint directement le cœur et les poumons de la victime, qui est décédée quelques heures plus tard. "J’ai été distraite" a dit Telles. "Cela peut arriver à tout le monde". A cause de cette mauvaise injection, la stagiaire risque des poursuites pour meurtre involontaire.

4. Menace de bombe

Un homme originaire de la ville de Mead dans le Colorado a reçu un coup de téléphone de la part d’un télémarketeur, mais n’était pas intéressé par son offre et a raccroché. Immédiatement après, le télémarketeur mécontent a rappelé et à menacé l’homme : "Il y a une bombe dans votre maison et elle peut éclater à chaque instant." L’homme a prévenu les secours, qui ont fait évacuer tout le quartier et entrepris des recherches.

Aucune bombe n’a été trouvée, mais la panique dans le quartier a été totale. "Les télémarketeurs peuvent être un peu insistants, mais ceci est vraiment grave" explique Tim Schwartz, le Sheriff local. Les autorités ont débuté une enquête, mais pour l’instant elles n’ont pas pu retrouver l’identité du télémarketeur.

5. Mise en scène

Les gens invoquent parfois les excuses les plus étranges du monde pour échapper à un jour de travail. Comme Sheila Eubank, employée du vendeur automobile Gunn Honda de San Antonio: elle a expliqué à la police qu’elle avait été enlevée, mais a ensuite été reconnue coupable de mensonge.

Le jour où Eubank n’est pas venue travailler, elle a été retrouvée ligotée dans son auto, garée dans un champ. La femme de 48 ans a expliqué qu’un homme l’avait menacée avec un couteau. Il l’aurait ensuite attachée et aurait circulé avec sa voiture pour vendre de la drogue.

La vérité est apparue quand les policiers ont regardé dans le sac à main d’Eubank et y ont trouvé un billet de loto, qui avait été acheté pendant les heures où la femme prétendait avoir été attachée. Les images de caméra de surveillance du magasin où le billet avait été acheté ont montré Eubank qui rentrait tranquillement dans le commerce et taillait une bavette avec le vendeur.

Retour à la liste