Les absences de courte durée sont de moins en moins nombreuses chez le travailleur belge

Le taux d'absentéisme de courte durée a diminué et est jusqu'à 28% inférieur à celui de 2019 pour les télétravailleurs, d'après une étude menée par Securex.

absentéisme

D'après une étude Securex, les employés qui ont télétravaillé tous les trimestres durant la crise du Coronavirus (64% de leur temps de travail en moyenne) ont vu leur taux d’absentéisme pour cause de maladie de courte durée – c’est-à-dire moins d'un mois - diminuer de 28% par rapport à « l'année normale » 2019. Ceux qui pratiquaient le télétravail de façon moins systématique (en moyenne 16% de leur temps de travail) ont vu leur absentéisme de courte durée diminuer de 10%. Les employés qui n'ont pas télétravaillé du tout pendant la crise du coronavirus ont connu une augmentation de 6,6% d’absentéisme de courte durée par rapport à la période précédant la crise.

« Nous soupçonnons, depuis un certain temps déjà, l'existence d'un lien entre le télétravail et la diminution du taux d'absentéisme de courte durée. Pour la première fois, nos chiffres le montrent. Il est assez étonnant de constater que le télétravail, même sporadique, fait des merveilles sur l'absentéisme de courte durée : même les personnes qui télétravaillent en moyenne moins d'un jour par semaine connaissent une diminution de 10% du taux d’absentéisme de courte durée. Les obstacles typiques du travail à domicile, tels que les maux de dos, des épaules et du cou, l'isolement et les conflits entre travail et famille n'ont donc pas d’impact majeur sur l'absentéisme de courte durée », précise Heidi Verlinden, Research Project Manager Securex. 

Elle ajoute : « D'une part, le télétravail permet de réduire le risque d'infections sur le lieu de travail. La grippe (intestinale) classique, les rhumes et autres maladies infectieuses ont été beaucoup moins présentes cette année. En outre, le télétravail offre davantage de possibilités de continuer le travail en cas de certains problèmes de santé, comme un rhume ou une jambe cassée. Cependant, dans certains cas, ce présentéisme peut augmenter le risque d'absentéisme de longue durée : une politique de télétravail bien pensée est donc essentielle pour prévenir les absences de longue durée. »

>> À lire aussi : Travail : la pollution favorise l'absentéisme

Le télétravail : une méthode pour économiser

Les employeurs ont récemment pu réaliser d'importantes économies d'énergie et d'espace de bureau grâce au télétravail. Il permet également de réaliser des économies supplémentaires car il réduit l'absentéisme de courte durée : en effet, les employeurs qui ont régulièrement organisé le télétravail pendant la crise liée au coronavirus ont économisé en moyenne 1500 € par travailleur par rapport aux employeurs qui n'ont pas organisé de télétravail (375€ de coût direct sur le salaire garanti et 1125€ de coût indirect dû à 1,5 jour d'absentéisme de courte durée en moins lors du second semestre 2020 et du premier semestre 2021 par rapport à toute l'année 2019).  

 « Les employeurs peuvent donc économiser beaucoup d'argent en autorisant leurs travailleurs à recourir au télétravail, mais il est primordial que les organisations élaborent une bonne politique de télétravail pour leurs collaborateurs et que les managers discutent clairement des engagements réciproques avec leur équipe. Il n'existe pas de solution miracle, c'est pourquoi nous encourageons les employeurs à opter pour une réponse flexible à la question du télétravail. Ils sont les mieux placés pour veiller à ce que l'équilibre entre les avantages et les dangers du télétravail soit maintenu. La sécurité psychologique est essentielle à cet égard », déclare Elisabeth Etter, Consultante en Absentéisme chez Securex.  

>> À lire aussi : Les jeunes travailleurs sont plus malades qu'avant la pandémie

>> Consultez toutes nos offres d'emploi

Retour à la liste