Les Belges continuent à moins acheter : -12% de dépenses par rapport à 2019

Date de publication: 22 févr. 2021

En 2020, la population belge a dépensé 12% de moins en 2020 que l’année précédente et a diminué la quantité de paiements effectués de 16% sur un an. C'est ce qu'il ressort d'une étude IBEN menée par ING.

Argent WEB MINI

Après un an de confinement, la pandémie de Covid-19 continue à affecter le comportement des consommateurs. L'étude IBEN d'ING Belgique revient sur les tendances de consommation des Belges en 2020 et les chiffre.

De manière générale, il ressort que 2020 apparaît comme une année peu dépensière. Les Belges ont dépensé 12% de moins et effectué 16% de transactions en moins qu’en 2019, dépenses "fixes" exclues (loyer, emprunt, taxe, etc.). En ce début d’année, la déprime persiste. La population a ainsi dépensé 15% de moins qu’en janvier 2020 (hors dépenses fixes) et les transactions ont dégringolé de 29%, comparé à il y a un an.

La pandémie n’a pas eu le même impact tout au long de l’année. Les deux confinements ont eu le même impact sur le nombre de transactions effectuées (-33% en un an), mais les montants dépensés ont moins diminué en novembre qu’au printemps.

Par ailleurs, le semi-confinement, en vigueur en décembre 2020 et en janvier 2021, a fait très mal. Les montants déboursés par les ménages ont chuté de 17% sur un an et les transactions de 26%. C’est une situation plus défavorable que celle observée lors du déconfinement de mai (-8% et -14%).

>> A lire aussi : Les Belges dépensent moins depuis le déconfinement

Tous les secteurs concernés

L'étude démontre aussi que les dépenses en baisse ont touché tous les secteurs, de manière uniforme hormis les supermarchés (+1%) et les petits magasins d’alimentation (+9%). Tous les autres types de dépenses ont été durement impactés par la pandémie. Sur la plus haute marche du podium des perdants figurent les dépenses liées aux vacances avec une chute de 50% en un an. Les frais de transports, (billets d’avions, locations de voitures, transports en commun et taxi) de même que les dépenses liées aux enfants (activités parascolaires, dépenses de garde d’enfants et jouets) accusent également un net recul (-21% ). Les dépenses en habillement et cosmétiques ont, elles, chuté de 10% sur l’année.

Toutefois ce chiffre est peu représentatif des véritables montagnes russes vécues par le secteur : baisse de plus de 50% pendant le confinement, rebond solide lors du déconfinement du printemps et en été (+13% et +4%) et situation très difficile en décembre et janvier dernier malgré de très grosses démarques pendant les soldes (-10%).

Explosion de l'e-commerce

En revanche, il ressort que les montants dépensés par la population belge chez les e-commerçants ont augmenté de 21% et le nombre de transactions en ligne a connu une progression de 31% sur l’ensemble de l’année 2020 par rapport à 2019. Si ces hausses sont impressionnantes en tant que telles, elles sont encore loin de la réalité.

En effet, les services (billets d’avions, voyages, places de concert) représentent d’habitude une part importante des montants dépensés par les Belges en ligne et la vente de ces services a fortement chuté en 2020. On peut estimer l’augmentation des montants dépensés par les Belges pour acheter des biens en ligne est de l’ordre de 80%.

Pour consulter l'étude au complet, cliquez ici.

>> A lire aussi : Covid-19 : Comment aider financièrement vos proches?

>> Consultez toutes nos offres d'emploi