Les CDI enlisent le marché de l’emploi

Publié : mercredi 4 avril 2018 Par

Le marché belge de l’emploi est “enlisé”, affirme Securex dans son baromètre annuel basé sur un échantillon de 36.629 travailleurs belges du secteur privé. Selon le prestataire de services en ressources humaines, le marché de l'emploi fait face depuis plusieurs années à une absence de rotation spontanée et le nombre de postes vacants a atteint un niveau record.

cdi

Ce phénomène s’expliquerait par le vieillissement de la population, l’inadéquation entre l'offre et la demande et la trop grande importance accordée aux contrats à durée indéterminée. En 2017, seuls 5,75 % des travailleurs ont changé d’emploi de leur propre initiative, soit un peu plus que l’année précédente (5,18 %).

"Pourtant, compte tenu du nombre record d'emplois vacants, on s'attendrait à davantage de mouvement. Il semble que tant les travailleurs que les employeurs prennent peu d'initiatives de changement", commente Frank Vander Sijpe, HR Research Director chez Securex.

Le Forem a pourtant reçu 184.617 offres d'emploi en 2017, soit 30,91% de plus que l'année précédente, mais la demande de main-d'œuvre est spécifique et sectorielle en fonction des remplacements et de la croissance, constate Securex.

Ce sont les Belges de plus de 50 ans qui sont les moins susceptibles de quitter leur employeur. En effet, ils sont conscients que les employeurs engagent peu de personnes de leur âge et sont peu enclins à abandonner leur rémunération souvent basée sur l’ancienneté. Par ailleurs, nombreux sont les travailleurs emprisonnés dans “la cage dorée du contrat à durée indéterminée”, explique Securex. 

Securex relève aussi que la Belgique est le pays européen avec le plus fort décalage entre le taux d'emploi des autochtones (70,2% en 2016) et celui des personnes nées en dehors de l'UE (49,1%).

Retour à la liste