Les éco-crèches : des lieux qui prônent l’éducation durable

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 20 févr. 2020

Le concept de crèche verte est révolutionnaire et propose une éducation par la nature et la découverte. Le but? Sensibiliser, dès leur plus jeune âge, les enfants à la transition écologique et au développement durable.

éco-crèche

Le citoyen est de plus en plus sensible à son environnement et à la crise climatique qui le touche, le concerne et l’interpelle. Les alternatives durables ne se manifestent pas seulement à travers des choix de vie (alimentation locale et bio, éco-tourisme, etc.) mais également à travers l’éducation.

Les éco-crèches répondent à ce souci citoyen d’enseignement plus vert et plus durable. En Suisse, à Genève, celles-ci existent depuis trois ans. Elles incarnent une variante de la garde traditionnelle : cinq jours par semaine elles accueillent de jeunes enfants dans un cadre particulier. Là, les bambins grandissent au contact de la nature, au milieu de la forêt, des plantes, des animaux, etc., bref au sein d’un véritable écosystème.

Sensibiliser les enfants

Lancé par la suisse Viktorie Škvarková, ce système de crèche « verte » repose sur la pédagogie par la nature et sur le jeu libre, essentiel au développement de l’enfant. Derrière ce gardiennage, trois valeurs sont essentielles : la nature, la transition écologique et la liberté du bambin. « L’idée est de passer la plupart du temps dans la nature pure, sans jouets ni objets préfabriqués », explique la fondatrice, l’enfant s’occupe à son gré « sans imposition d’activités par l’adulte. »

Sans l’intermédiaire de jouets en plastique, les enfants découvrent la valeur des choses, apprennent à respecter la faune et la flore et développent leurs sens et leur instinct. Le but ultime de cette démarche ? Les sensibiliser, au quotidien, à la pratique durable.

Un succès répandu ?

Ce concept de crèche verte, bien que nouveau dans l’apprentissage de l’enfant, se répand de plus en plus, internationalement. Les bâtiments porteurs de ce genre de projet se multiplient : en Suède, au Danemark, au Canada ou encore en Allemagne.

En ce qui concerne la Belgique, un projet pilote a été lancé à Bruxelles : la Bessonova Outdoor Immersion School (BOIS), bilingue, espère ouvrir cinq jours par semaine, et ce, dès la prochaine rentrée scolaire.