Les emplois qui ont cette caractéristique nous rendent malheureux

Rédigé par: Aurélia Ricciardi
Date de publication: 15 mai 2023
Catégorie:

C’est une question qui revient souvent : votre travail vous rend-il heureux? Après tout, la satisfaction et le bonheur au travail comptent pour beaucoup dans la santé mentale et le bien-être général d’une personne. Après 85 années de recherche, des chercheurs de Harvard ont enfin identifié ce qui nous rend malheureux au travail. 

Malheureux

Connaissez-vous le secret pour vivre une vie plus heureuse, en meilleure santé et plus longue? Selon des chercheurs de l’Université de Harvard, ce n’est pas l’argent, la réussite professionnelle, l’exercice ou une alimentation saine, mais des relations sociales positives. Ceci est aussi vrai pour nos emplois.

L’isolement social rend malheureux
Une récente étude de l’Université de Harvard a révélé que les travailleurs les plus malheureux sont ceux qui ont le moins d’interaction sociale. Les chercheurs tirent cette conclusion après avoir suivi pendant 85 ans la vie professionnelle de plus de 700 participants du monde entier.

Les emplois solitaires impliquent un travail plus indépendant. Ils s’avèrent être ceux qui ne permettent pas de nouer des relations significatives avec des collègues. Par exemple : chauffeur routier ou agent de sécurité de nuit. On les retrouve aussi dans les industries émergentes axées sur la technologie, y compris les services de livraison de colis et de nourriture, où les gens n’ont souvent aucun collègue.

> A lire aussi : 5 clés pour être heureux au travail 

Le travail d’équipe, clé du bonheur au travail
Pour Robert Waldinger, professeur de psychiatrie à la Harvard Medical School et directeur de la Harvard Study Of Adult Development, la clé du bonheur au travail réside dans le travail d’équipe. « Si vous êtes connecté aux gens, vous vous sentez plus satisfait de votre travail et faites un meilleur travail ».

L’étude souligne aussi que des personnes ayant des emplois à fort contact social peuvent aussi se sentir isolées. C’est le cas si elles n’ont pas d’interactions positives et épanouissantes (p. ex. les agents de call center).