Les entreprises 2013 qui font rêver les étudiants

Universum Global dévoile son classement des employeurs les plus attractifs au monde. Une enquête menée auprès de 200 000 étudiants, dans douze pays, que « Références » vous livre en exclusivité.

Une légende geek raconte que si une personne tape « Google » dans son moteur de recherche, elle anéantit l'internet mondial... L'empire Google, c'est un peu ça : du fantasme, de la peur, de la fascination. Régulièrement et sans appel, l'entreprise dotcom truste les premières places des palmarès great place to work. Et depuis cinq ans qu'Universum Global publie son classement des 50 employeurs les plus attractifs au monde, le géant de l'internet est, cette année encore, numéro un.

Au plan géographique, la domination des entreprises américaines est sans partage : 29 des 50 entreprises citées par les étudiants en écoles de commerce et 30 des 50 citées par les futurs ingénieurs sont implantées aux États-Unis. Quatre des dix premières entreprises citées par les élèves d’écoles de commerce et management appartiennent au secteur de l'audit et du conseil, considérées dans toute l'Europe comme des marchepieds pour un début de carrière. Les « managers » classent Ernst & Young en seconde position. KMPG, classé numéro 2 mondial l'an passé, perd six places pour arriver en 8e position. Toujours dans l'audit, Deloitte perd deux places et se classe 7e, tandis que PwC remonte de trois places pour se classer 4e. Dans le secteur bancaire, l'attractivité de Goldman Sachs grimpe en flèche pour se hisser sur la 3e place du podium. Morgan Stanley, 13e (+ 6) sort également du lot. Pour les autres, c’est la chute : JP Morgan 11e (– 3), Deutsche Bank 28e (– 5) et UBS 41e (– 5).

Dans le secteur des biens de grande consommation, la tendance pour 2013 varie d’une entreprise à l’autre. Coca-Cola se maintient à la 9e place dans le classement Commerce/Management et PepsiCo reste 31e. Elle gagne six places chez les ingénieurs où elle est 43e. Johnson & Johnson se maintient dans les deux classements où elle occupe respectivement la 20e et la 13e place. Surprise : encore au 3e rang mondial en 2012, Procter & Gamble chute de sept places et se maintient ainsi tout juste dans le top 10. Nestlé regagne de l’attractivité chez les ingénieurs (19e place). Unilever (21e) gagne autant de places chez les commerciaux (+ 6) qu’elle en perd chez les ingénieurs (– 6).

Les anciens élèves ingénieurs rêvent en revanche de travailler dans les nouvelles technologies. Ainsi après Google, ils placent Microsoft et IBM dans leur palmarès. Les deux géants d'internet inversant mutuellement leur rang par rapport à 2012. Le secteur automobile continue de faire rêver les jeunes ingénieurs. BMW Group (5e) enregistre une petite baisse (– 1), mais reste tout de même la première marque du secteur à apparaître dans le classement de la filière Ingénierie. En revanche, les ingénieurs sont un peu moins attirés par les secteurs de l'énergie. General Electric (6e) reste stable, Shell (10e) gagne une place quand ExxonMobil (14e) en gagne deux.

 

Top 10 des managers

Top 10 des ingénieurs

1.

Google

Google

2.

EY

Microsoft

3.

Goldman Sachs

IBM

4.

PwC

Apple

5.

Microsoft

BMW Group

6.

Apple

General Electric

7.

Deloitte

Intel

8.

KPMG

Siemens

9.

Coca-Cola

Sony

10.

P&G

Shell

Suite : "Les digital natives ne sont pas des digital naïfs"

 

Retour à la liste