Les européens paient-ils le salaire de Messi?

33 millions d'euros pour Messi au Barça, 29 millions pour Christiano Ronaldo au Real de Madrid... Les exorbitants salaires des clubs espagnols de D1 les ont criblés de dettes. Le contribuable européen paie-t-il indirectement le salaire de Lionel Messi?

Comparé aux 150 000 euros par semaine, ou 893 euros par heure (24h/24), que gagne Vincent Kompany à  Manchester City, le salaire annuel brut moyen d'un footballeur belge est bien dérisoire. La saison passée, ce dernier s'élevait à  210 929 euros, soit la 'bagatelle' de 17 500 euros par mois. C'est plus de 7700 euros de moins que la saison précédente. "Les salaires des footballeurs ont quelque peu souffert de la crise", explique Stefan Kesenne, professeur en économie du sport à  l'Université d'Anvers.

"Ils tremblent également sous la menace de la ligue européenne de football, l'UEFA, qui entend prendre des mesures draconiennes pour résorber les dettes monumentales des clubs et réduire les salaires tout aussi impressionnants des joueurs. L'UEFA vise principalement les clubs de première division espagnols, dont la dette totale atteignait l'an dernier 4 milliards d'euros. Un tiers de ce montant est dû par le Real Madrid et le FC Barcelone."

Les contribuables européens paient les joueurs du Barça

Pendant des années, ces clubs ont pu bénéficier de prêts des banques espagnoles pour payer les salaires colossaux de leurs joueurs. "Les banques espagnoles et italiennes sont si généreuses avec leurs crédits aux célèbres clubs de foot indigents parce qu'elles ont peur de la réaction des centaines de milliers de supporters : elles craignent que ces fans ne leur retirent leur épargne", poursuit Stefan Kesenne.

Barcelone est, avec un salaire annuel brut moyen de 6,4 millions d'euros, le club le plus généreux au monde, suivi de près par Madrid (5,7 millions) et Manchester City (près de 5,5 millions). La crise de la dette a mis les banques espagnoles dans un fameux pétrin, les obligeant à  introduire en mars de cette année un nombre record de demandes de crédits auprès de la Banque Centrale Européenne (BCE) à  Francfort. Stefan Kesenne : "Ce qui signifie que les contribuables européens contribuent désormais à  payer les salaires des joueurs de Barcelone et de Madrid."

Et en Belgique?

Les dettes n'épargnent pas les clubs belges, qui ont du mal à  joindre les deux bouts chaque année ; eux aussi s'approvisionnent auprès des contribuables. Stefan Kesenne : "Cela se fait à  notre insu. Ainsi, les cotisations de sécurité sociale des joueurs de football sont calculées sur le salaire minimum, alors que leurs salaires réels sont dix fois supérieurs. Ils bénéficient en outre d'un traitement de faveur en matière de pension : ils investissent une partie de leur salaire dans un fonds de pension et à  la fin de leur carrière, vers 35 ans, ils peuvent empocher cet argent avec un taux d'imposition de 18 pour cent. Nous payons pour notre part 30 à  40 pour cent d'impôts sur notre épargne pension, lorsque nous prenons notre retraite à  65 ans."

Retour à la liste