« Les manipulateurs sont souvent des gens efficaces »

Publié : lundi 11 avril 2016

Aller au combat ou sauver sa peau ? Perdre la face ou risquer sa santé physique et psychique ? Il faut avant toute chose détecter le phénomène du harcèlement...

Nous avons demandé à  Marie Andersen, psychologue clinicienne et psychotérapeute depuis une trentaine d'années, et auteur de La manipulation ordinaire, reconnaître les relations toxiques pour s'en portéger, éd. Ixelles (2010) de nous parler de la manipulation dans le monde du travail. Un concept qui se transforme tout naturellement en harcèlement moral dans une entreprise.

Qu'est-ce que la manipulation ?

Ce mot avait déjà  un sens avant que les psys ne s'en emparent. Disons que les publications et études actuelles vont au-delà  du simple plan conscient et machiavélique pour obtenir de l'autre ce que l'on a envie qu'il fasse. Les psychologues considèrent ce comportement comme moins conscient qu'il n'y paraît. Il s'agit d'une dynamique de comportement entre deux personnes. L'une essaie de se protéger de l'autre en prenant le pouvoir sur celle-ci. C'est donc un jeu de pouvoir qui s'avère désagréable, peu respectueux, subtilement malhonnête et qui comporte toujours un agenda caché...

Comment dresser le portrait d'un manipulateur ?

Ce qui anime ce type de profil, c'est le besoin d'asseoir leur pouvoir, leur domination dans un souci de s'assurer une certaine sécurité car ils ont une profonde faille narcissique. Le manipulateur vit donc sur des bases assez instables. Et, en général, ce sont des gens efficaces dans leur travail.

Comment la manipulation s'insinue-t-elle dans les relations de travail ?

Le but d'un tel comportement est assez clair : il faut déforcer quelqu'un, l'éliminer sans prendre la voie officielle... Ce type de harcèlement peut toucher les relations patron-employé, collègue-collègue... Je vais prendre l'exemple d'une patiente. Elle est arrivée à  ma consultation dans un grand état de fatigue car elle était devenue le véritable souffre-douleur d'une autre collègue qui avait déjà  assis son pouvoir sur le reste de l'équipe. Ma cliente, qui est une personnalité joyeuse, vivante et appréciée commençait donc à faire de l'ombre à  sa collègue...

C'est le point de départ du harcèlement...

Rapidement, une discrète entreprise générale de déstabilisation de l'autre se met en branle : dénigrement, épuisement, rétention d'informations capitales, conseils toxiques... La personne qui subit ce traitement se retrouve très vite dans un état de grand désarroi psychologique. C'est une véritable entreprise de destruction psychique.

Vous conseillez de ne pas perdre temps et énergie dans un tel combat...

La toute première chose essentielle est de comprendre ce qui se passe. Il faut placer son énergie au bon endroit. Trop souvent, les personnes arrivent dans mon cabinet lorsqu'elles sont au fond du panier, totalement épuisées... Rien n'a finalement été détecté au niveau de la dynamique de relation qui a suscité cet état.

Il ne peut y avoir justice alors pour la victime de harcèlement ?

Je peux dire ceci : la victime remportera parfois une victoire mais jamais la guerre... Le but du manipulateur est d'éviter que l'autre ne reprenne du terrain. Il s'agit donc d'un combat vain et qui peut s'éterniser. Il faut surtout que la victime prenne conscience qu'il s'agit d'un processus qui se maintient par la volonté des deux protagonistes. Le pêcheur lance le hameçon que mord ensuite le poisson... Il faut véritablement sauver sa peau.

Comment expliquer que les manipulateurs en sortent la plupart du temps gagnants ?

On peut affirmer que les manipulateurs sont des gens souvent efficaces au boulot. Cette tournure d'esprit est assez compatible avec la performance et l'intelligence. Par conséquent, leur hiérarchie ne remet pas facilement en cause leur place dans l'organigramme de l'entreprise.

Conclusion: on ne les vire pas et c'est souvent la victime qui peut quitter l'entreprise...

www.marieandersen.net

 

 

Retour à la liste