Les meilleures anecdotes

Il est bien sûr permis de rire de temps en temps, même lorsqu'il s'agit de choses aussi sérieuses que les entretiens d'embauche, les tests, les CV et les lettres de motivation. Frank Van der Auwera est parti à  la chasse et a ramené les meilleures anecdotes du domaine des ressources humaines (RH).

Nous invitons d'ailleurs tout le monde, du responsable des ressources humaines au candidat à  l'embauche en passant par le responsable de recrutement, à  nous envoyer des anecdotes par courrier électronique. Les évènements les plus remarquables seront sélectionnés pour être publiés sur notre site.

Les extravagances lors de la sélection

Pour la majorité des candidats, la procédure de sélection n'est pas chose facile à  affronter. Ils ont souvent le trac à  cause des fortes émotions que ces situations engendrent. Mais malgré tout le sérieux dans lequel les CV sont parcourus et avec lequel les entretiens ont lieu, la sélection n'est pas par définition quelque chose d'ennuyeux. Certains candidats s'occupent eux-mêmes d 'y ajouter une petite touche drôle ou émouvante.

Les malentendus

Prenez par exemple l'histoire de ce consultant qui vient chercher un candidat parmi ceux qui sont, nerveusement, réunis dans la salle d'attente. Pour le candidat, ici une candidate en l'occurrence, ce n'est que le début d'une longue journée d'entretiens et de tests. Il conduit la jeune femme jusqu'au local de l'entretien, la débarrasse de son manteau et lui dit : " Juste le temps de ranger ceci et nous pourrons passer à  un examen plus approfondi. " Quelques minutes après, le consultant qui ne se doute de rien revient et trouve la jeune fille en sous-vêtements. La pauvre avait compris que la série de tests commencerait par un examen médical, alors que le recruteur parlait d'un entretien pour faire connaissance...

Le timing

Certains candidats ont le chic de ne pas se trouver au bon endroit au bon moment. Comme cette candidate par exemple, qui a déjà  une heure de retard pour son dernier rendez-vous d'embauche. Ce n'est qu'après un bon moment et totalement paniquée qu'elle parvient à  appeler le bureau de recrutement. Cela faisait une heure qu'elle essayait vainement d'échapper au chien de garde qui circulait sur les terrains de l'entreprise. Ce chien n'étant pas apprivoisable, il poursuivait la candidate en grognant, jusqu'à  ce que celle-ci appelle son consultant en recrutement pour lui demander de l'aide ! Bien partie ?

Combat interne

Mais ce sont surtout eux-mêmes que les candidats doivent affronter. Un bon pourcentage d'entre eux semblerait souffrir d'une phobie des ascenseurs. Un conseiller en recrutement se souvient de cette anecdote: "Une candidate devait un soir se présenter au 14e étage d'un bâtiment encore inachevé. Il s'écoule bizarrement un long moment entre le moment où elle s'était annoncée à  la réception et celui où elle sort haletante et en nage de la cage d'escalier : elle n'osait pas prendre l'ascenseur. L'entretien se déroule bien malgré tout, et la jeune femme disparaît ensuite par la cage d'escalier. Entre-temps, le bâtiment est quasiment désert. Elle se rend compte qu'elle ne peut pas sortir parce que les clenches manquent encore à  l'intérieur des portes. Tous les gestes qu'elle fait aux passants restent sans effet. Elle s'est donc vue obligée de remonter les 14 étages pour heureusement trouver le dernier employé qui éteignait les lumières. Je ne pense pas que la candidate ait accepté le poste..."

Ou, que penser de cette scène à  la "Mr. Bean" ? Un candidat sonne, on lui propose de se rendre au 4e étage. Il demande s'il y a également un ascenseur. Bien sûr, mais néanmoins, la réceptionniste du quatrième frôle la crise cardiaque lorsqu'elle voit quelqu'un frapper à  la fenêtre depuis l'extérieur : notre candidat avait pris l'escalier de secours, parce que l'ascenseur ne lui avait pas semblé très fiable...

La lettre de motivation


Les candidats s'auto-éliminent souvent à  travers leur lettre de motivation. La collection de boulettes est assez impressionnante.

Beaucoup de candidats transmettent une image arrogante ou exigeante. Un conseiller de recrutement nous raconte : " Pour un poste commercial important, nous avons un jour reçu la lettre d'un candidat, ou plus exactement : de sa femme. Cette lettre nous mentionnait la liste des exigences de son mari, avec entre autres le remboursement des kilomètres, le type de véhicule de fonction, le salaire et les avantages extralégaux, ainsi qu'une série de dates auxquelles le candidat ne pourrait/voulait pas se libérer pour les entretiens. Ce genre de courriers a 99% de chances d'atterrir dans la poubelle, puisqu'il ne contient pas le moindre mot positif. "

D'autres oscillent entre le drôle et le lamentable. "Nous avons reçu un CV très convenable d'un candidat pour un poste de consultant chez nous, " nous raconte un spécialiste du recrutement. " Mais nous étions pliés de rire à  la lecture de sa liste de références : 5 pages remplies de noms de VIP que nous pouvions contacter : du pape à  Martin Luther King, en passant par De Gaulle, Mittérand, la moitié de maison royale de Belgique, quelques ministres et à  peu près tous les Belges connus. Nous espérons découvrir lors de l'entretien s'il s'agissait d'une blague, d'une provocation ou s'il était très sérieux !"

C'est l'argent qui fait tourner le monde


Les agences de recrutement reçoivent régulièrement des courriers de candidats qui proposent "de l'argent" pour obtenir un poste convoité. " En général, il s'agit d'une suggestion à  lire entre les lignes, mais dernièrement, quelqu'un nous a offert 2000 dollars, " rit un conseiller.

Une autre attitude par rapport à  l'argent est celle des candidatsqui demandent de l'argent pour participer à  une procédure d'embauche. " Nous avons reçu récemment le dossier d'un homme pour une fonction d'ingénieur. Il exigeait 50.000Fb de dédommagement pour participer aux sélections. Ses exigences salariales étaient d'ailleurs tout aussi extravagantes : il déclarait qu'il se satisferait du salaire du président des Etats-Unis !"

Papa et maman

Et puis, il reste les parents. Il arrive régulièrement que le recruteur doive refuser l'entrée du bureau d'entretien au père ou à  la mère qui a accompagné son fils/sa fille chéri(e) à  son premier entretien d'embauche. Une conseillère se souvient : " J'ai un jour été confrontée à  un père enragé dont le fils avait été refusé pour une fonction la veille. Pendant une heure, le père furibond m'a expliqué pourquoi son fils était le candidat idéal, pendant que le fils en question pleurait. Ce sont des situations très délicates. "

La preuve ultime


D'autres situations peuvent être très délicates, comme celle de ce candidat qui téléphone furieux à  l'agence après avoir été refusé pour la fonction. A un certain moment, il se met à  crier : " Je n'ai pas dit ça comme ça ! Vous ne pouvez pas prouver ceci... " et passe ensuite une cassette de l'entretien qu'il avait enregistré sous la table en cachette. Difficile de mieux rater un entretien... 

Retour à la liste