Les métiers de la santé séduisent de moins en moins

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 26 mars 2021

Bien que la crise sanitaire aurait pu changer la donne, les emplois dans les soins et la santé n'attirent toujours pas de talents, au contraire, ils en perdent. L'attractivité du secteur a chuté : -12,1 points, selon les chiffres de Randstad.

santé

Le constat n’est pas nouveau : déjà depuis quelques trimestres, les métiers de la santé pâtissent de la crise sanitaire. Conditions de travail éprouvantes, salaire limité, manque de moyens... La pandémie a fait resurgir les nombreux problèmes du secteur tout en ravivant le ras-le-bol et les plaintes du personnel soignant.

L’étude Randstad corrobore cette réalité et constate qu'en 2020, les métiers de la santé apparaissent comme moins attractifs auprès des Belges.

Une attractivité en baisse

L’étude réalisée sur un échantillon représentatif indique une baisse générale d’attractivité de 12,1 points pour les professions de la santé. De manière générale, l’attractivité baisse également pour tous secteurs confondus par rapport à 2018, mais elle ne perd que 7 points.

En deux ans, les critères d’évaluation considérés par la population pour qualifier une vocation d’attractive n’ont pas changé. La rémunération élevée reste le critère de choix, en comptant pour près de 20% dans l’évaluation. L’équilibre entre le travail et la vie privée, les bonnes conditions de travail et la sécurité de l’emploi arrivent derrière, avoisinant les 10%. Enfin, la variété du travail clôture le classement.

>> À lire aussi : Les métiers de la santé en pénurie

Des caractéristiques peu séduisantes

Ce qui rend les métiers de la santé peu attractifs, aux yeux des Belges, ce sont principalement : le salaire et les conditions de travail. Ces derniers enregistrent une baisse de 9,1 points, contre une baisse de 4,7 points pour les professions hors santé. Malgré cela, les infirmiers observent une diminution moins élevée que la moyenne du secteur avec seulement 7 points de perdu.

Si le critère d’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ne semble pas jouer davantage sur l’évaluation dans les métiers de la santé que dans les autres vocations, certaines professions du secteur restent largement touchées. Ainsi, les gardiennes d’enfants et les aides-soignants en gériatrie enregistrent les plus grandes diminutions, avec respectivement moins 14% et moins 7% par rapport à 2018.

Des professions de moins en moins considérées et des conditions peu attractives. Le comble du secteur quand on sait que celui-ci souffre d'un manque criant de personnel depuis plusieurs années... Infirmier, médecin généraliste, aide à domicile, ingénieur bio-médical, etc. sont autant d'emplois qui recèlent d'opportunités d'embauche.

>> À lire aussi : 4 conseils pour postuler en temps de crise

>> Consultez toutes nos offres d'emploi