Les PME restent optimistes quant à l’avenir économique

Date de publication: 20 juil. 2022

Les PME belges restent très positives quant à l’avenir économique : une personne sur trois se dit optimiste pour les six prochains mois, d’après une étude Acerta.

bien-être

Malgré les sombres prévisions économiques, la confiance des PME belges reste élevée : une personne sur trois se dit optimiste pour les six prochains mois. Seuls 14 % d'entre eux ont un regard plutôt négatif sur l'avenir économique proche. 42% prévoient même de recruter du personnel supplémentaire au cours du second semestre de cette année.

Toutefois, cela constituera un défi pour les petites et moyennes entreprises : 82 % des PME déclarent qu'il sera difficile ou très difficile de trouver les bonnes personnes en raison de la pénurie de main-d'œuvre.

C'est ce qui ressort du baromètre semestriel de l'emploi dans les PME réalisé par Acerta et les organisations entrepreneuriales ETION et VKW Limburg, qui ont interrogé plus de 500 PME belges.

Des PME optimistes

Avec plus d'un million de petites et moyennes entreprises actives, la Belgique est et restera un pays de PME. Afin de mesurer la confiance des entreprises, les auteurs de l’étude ont jaugé depuis 2021 différents paramètres économiques, notamment les intentions de recrutement et l'impact de la pénurie de main-d'œuvre sur les PME.

Geert Janssens, économiste en chef d'ETION : « Les deux premières éditions de notre baromètre de l'emploi des PME ont connu une baisse au cours de la période Covid complète en 2021. Cette troisième édition est sortie dans une période de turbulences géopolitiques, d'inflation et de craintes de récession ».

Annelies Baelus, experte en développement des talents chez Acerta Consult, ajoute : « Malgré tout, les attentes et les projets des PME n'ont pas beaucoup changé par rapport à la fin de l'année dernière, ni sur le plan économique, ni sur celui du recrutement et de la pénurie de main-d'œuvre. C'est en soi une bonne nouvelle ».

Les PME sont un peu plus prudentes en matière de recrutement

Les plans de recrutement des PME ne sont pas non plus pessimistes. Pourtant, 42% des PME ont répondu par un "oui" convaincant à la question de savoir si elles allaient procéder à des recrutements supplémentaires au cours des six prochains mois.

Certes, il s'agit d'une légère baisse par rapport à fin 2021 (alors 45%) et mai 2021 (alors 46%). 37 % ont déclaré qu'ils ne recruteraient pas de personnel supplémentaire au cours des six prochains mois. Les PME sont un peu plus nombreuses qu'en 2021 à adopter une attitude attentiste : 22 % ne peuvent pas encore dire s'ils vont recruter ou non, ils n'étaient que 17 % à la fin de 2021.

Ce qui n'a pas changé non plus, c'est la réalité des pénuries de main-d'œuvre. 82% des employeurs de PME déclarent qu'il sera difficile ou très difficile de trouver le personnel adéquat. C'est à peu près le même nombre qu'il y a un an. Seuls 4 % d'entre eux osent maintenant supposer que trouver les bonnes personnes deviendra (très) facile. Il y a un an, ce chiffre était encore de 11 %.

Le turnover a changé

Une dernière conclusion du baromètre de l'emploi des PME : les PME sont nettement plus nombreuses à avoir constaté un changement dans la rotation du personnel au cours de l'année écoulée. 22% ont vu plus de personnes partir au cours des six derniers mois et 14% ont vu moins de rotation du personnel. La proportion d'employeurs qui ne voient aucun changement a clairement diminué : de 70% à 64%.

Annelies Baelus, experte en développement des talents chez Acerta Consult : « Chaque année, la rotation du personnel ou l'intention de recruter évolue vers un pic après l'été : la période des vacances est une période de réflexion et les gens en reviennent avec certaines intentions. La rétention - garder son personnel - reste donc l'un des plus importants défis RH pour les PME au cours des six prochains mois », conclut-elle.

>> À lire aussi : Travailler dans une PME, est-ce pour vous ?

>> Consultez toutes nos offres d'emploi