Les pôles de compétitivité wallons veulent booster leur valeur ajoutée

Date de publication: 15 avr. 2019
Catégorie:

En travaillant dans un cadre clair avec des moyens et objectifs sur cinq ans, et en renforçant la collaboration entre acteurs publics et privés

Disruptive

Les 6 pôles de compétitivité wallons - Biowin (santé), Greenwin (chimie et matériaux), LogisticsWallonia (logistique), MecaTech (génie mécanique), Skywin (aéronautique) et Wagralim (agroalimentaire) - entendent, durant les 5 prochaines années, amplifier le développement de leurs secteurs respectifs pour atteindre une croissance de la valeur ajoutée de leurs entreprises de 50% supérieure à la moyenne de l’économie wallonne. C’est en tout cas l’ambition commune dont ils ont fait part, jeudi dernier à Namur, à une encablure du scrutin régional de mai prochain.

Un groupement mixte d’acteurs publics et privés

Pour y parvenir, les pôles de compétitivité, qui regroupent les acteurs industriels privés (petites, moyennes et grandes entreprises), les universités, les centres de recherche et de formation ainsi que les pouvoirs publics, ont besoin d’un cadre stable pour leur fonctionnement, définissant leurs moyens d’actions et leurs objectifs à un horizon au moins égal à celui d’une législature régionale, ont-ils défendu au cours d’une conférence de presse.

Un cadre, des perspectives, des objectifs et un contrat à cinq ans

Forts de cette conviction, ils proposent l’établissement d’un contrat d’objectifs et de moyens entre le pouvoir politique et chacun des pôles pour une durée d’au moins 5 ans. Ce contrat devrait notamment détailler les moyens publics mis à disposition de leurs cellules opérationnelles afin de leur permettre de travailler sur le moyen terme et d’attirer les talents requis plutôt que de courir après les financements.

Plus de souplesse pour plus d’agilité au service des PME

Les pôles plaident également pour la mise en œuvre d’outils plus souples et plus rapides pour des projets collaboratifs de moindre ampleur, au service des petites et moyennes entreprises ainsi que pour la reconnaissance de leur rôle d’agents de coordination des multiples acteurs de soutien au développement économique. Par ailleurs, un tableau de bord, incluant des indicateurs communs aux pôles et, le cas échéant, des indicateurs spécifiques à chacun d’entre eux, doit être établi de commun accord entre les parties. Des objectifs quantitatifs permettant une évaluation annuelle objective doivent également être définis avec les autorités publiques, estiment-ils encore.

«Ces efforts d’innovation ne sont possibles que par une collaboration renforcée entre acteurs publics et privés, entre secteurs économiques, assortie d’une ambition forte à l’échelle internationale»

Suivre de près les indicateurs économiques pour impacter positivement l’emploi

Pour les 6 pôles wallons dont la collaboration doit être formalisée, il importe en outre de suivre de façon régulière l’évolution des indicateurs économiques relatifs aux secteurs prioritaires, notamment en matière de création de valeur ajoutée et d’emplois, afin de s’assurer que leurs activités génèrent effectivement, à moyen terme, un impact positif à l’échelle régionale.

Une volonté déclarée de transparence et d’efficience

Enfin, les modalités de reporting régulier des pôles vis-à-vis des pouvoirs publics, des acteurs économiques et des citoyens wallons doivent être précisées. Les grands principes de gouvernance doivent être établis, «dans un esprit de saine gestion, d’autonomie, de responsabilité et d’efficacité», ont-ils souligné en s’engageant à contribuer à la définition du contenu précis des futurs contrats d’objectifs et de moyens, «animés d’une volonté d’utilisation optimale des ressources publiques et d’une exigence d’efficacité au service de l’économie régionale».

Innover, surfer sur les technologies disruptives et renforcer la collaboration entre public et privé

«L’avenir de l’industrie wallonne réside dans sa capacité d’innovation, pour exploiter pleinement les opportunités offertes par les technologies de rupture et émergentes - en particulier la numérisation - tant en matière d’efficacité opérationnelle que de déploiement de nouveaux modèles économiques. Ces efforts d’innovation ne sont possibles que par une collaboration renforcée entre acteurs publics et privés, entre secteurs économiques, assortie d’une ambition forte à l’échelle internationale», ont conclu les responsables des 6 pôles wallons.

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi