Passer au contenu principal

Les Team Buildings sous le feu des critiques

Rédigé par: Naïs Veyrier
Date de publication: 22 janv. 2024
Catégorie:

Le team building, longtemps considéré comme le remède infaillible pour renforcer la cohésion d'équipe, fait actuellement face à un examen minutieux de la part des jeunes diplômés. Ces rendez-vous entre collaborateurs, autrefois célébrés, suscitent aujourd'hui un scepticisme grandissant. Pourquoi ?

REVOIR TEAMB

L'évolution du Team Building : tradition ou tendance dépassée ?
Depuis les années 80, le team building s'est imposé comme une solution clé en main aux maux organisationnels, censée pallier la baisse de motivation, le manque de cohésion, ou la perte d'engagement. Des sorties au bowling aux croisières de rêve, en passant par les parcours d'accrobranche, les entreprises rivalisent d'idées pour offrir des expériences variées à leurs collaborateurs. Cependant, aujourd'hui, la légitimité de ces activités est mise en doute.

Une perte de temps et d'argent
Des experts remettent en question l'efficacité réelle du team building, le qualifiant de perte de temps et d'argent pour les organisations. Certains auteurs, comme Kate Mercer, la philosophe Julia de Funès et l'essayiste Nicolas Bouzou, estiment que le team building accentue parfois les disparités plutôt que de les atténuer.

Une étude publiée dans la Revue Internationale de Psychosociologie et de Gestion des Comportements Organisationnels (RIPCO) se penche sur le vécu des participants à ces sessions. Menée auprès de jeunes diplômés de Grandes Écoles, elle met en lumière un scepticisme généralisé envers le team building. Les incohérences et le caractère parfois "ridicule" de ces séances élèvent les voix. Certains décrivent des expériences ennuyeuses, pointant du doigt le gaspillage d'argent et le manque de pertinence des pratiques mises en place.

Rompre avec la superficialité
Les jeunes diplômés ne rejettent pas l'idée de renforcer la cohésion d'équipe, mais ils appellent à des approches plus authentiques et volontaires. Ils suggèrent des événements simples, spontanés et initiés par les employés eux-mêmes, favorisant ainsi des échanges informels plutôt que des activités imposées.

Et s’il était temps que les organisations repensent leurs stratégies pour créer des expériences significatives et véritablement unificatrices ?