"L'expérience n'a aucune valeur"

Si une entreprise veut engager un nouveau manager, elle choisira de préférence quelqu’un avec de l’expérience, car le profil est plus adapté au job. Cela semble logique, mais selon le professeur allemand en psychologie du travail Uwe Kanning, ce sont de pures sornettes.

Il a en effet étudié le lien entre le nombre d’années d’expériences en management et les qualités effectives de leadership : il est arrivé à la conclusion que ce lien n’existait pas. Ce n’est pas parce que quelqu’un a dirigé une équipe pendant longtemps qu’il ou elle sait vraiment diriger, a-t-il expliqué dans une interview à Der Spiegel.

Pour son enquête, Kanning a interrogé 814 employés d’une grande entreprise allemande lors d’une évaluation où leur capacité à assumer une fonction de manager était analysée. Les experts ont étudié les sujets pendant qu’ils jouaient à des jeux de rôles, qu’ils discutaient en groupe, qu’ils faisaient des présentations, etc. Ils les ont évalués sur base de leur leadership, de leur processus décisionnel et de leur réflexion personnelle.

Seulement le feedback pertinent

D’après les résultats de l'enquête, les travailleurs qui avaient de l’expérience en management n’ont pas mieux réussi les évaluations que leurs collègues qui n’ont jamais dirigé une équipe.

Et ceux qui avaient beaucoup d’employés sous leurs ordres n’ont pas fait mieux que ceux qui n’en avaient que quelques-uns. Enfin, il semble également que les travailleurs âgés ne sont pas plus aptes à diriger que les jeunes. D'après l'enquête, c’est même le contraire : Plus le sujet était vieux, moins il possédait de qualités de manager, même si les différences sur ce point n’étaient pas énormes.

Kanning en a donc conclu que l’expérience en elle-même n’avait absolument aucune valeur. Le scientifique a ajouté dans Der Spiegel que la seule façon d’évoluer était de recevoir un bon feedback, pertinent et constructif, et d’en prendre compte. Mais les managers ont en général beaucoup de mal à accepter la critique. Beaucoup de gens ont tendance à chercher la cause de leurs mauvaises prestations chez les autres, explique Kanning. Dernièrement, une étude néerlandaise de Jana Niemann a confirmé cela.

Retour à la liste