Loi de Murphy, loi de Parkinson… : les 5 lois de l’efficacité au travail

Date de publication: 30 août 2020

Que ce soit dans la vie ou au travail, nous devons composer avec ces quelques lois universelles.

lois

1. Loi de Murphy

« Tout ce qui est susceptible d’aller mal, ira mal ». C’est de cette manière que s’explique la Loi de Murphy. En bref, rien ne se passe jamais comme on l’a prévu. La solution ? Anticiper de façon intelligente. Si vous savez dès lors que certains événements vont retarder vos projets, ou que certains processus seront jonchés d’aléas, vous pourrez mieux les anticiper.

2. Loi de Parkinson

Au travail, la loi de Parkinson s’applique à la gestion du temps et de sa carrière. En clair, lorsqu’on ne fixe pas de deadline pour une tache ou une décision, ces dernières s’éternisent. Autrement dit : plus on a le temps de faire quelque chose, plus on prend du temps à le faire. La solution ? Raisonner en terme d’objectifs et non de taches à réaliser et fixer un délai précis. 

>> A lire aussi : Multitasking : les inconvénients du « multitâche »

3. Loi de Douglas 

Variante de la Loi de Parkinson, mais en terme d’espace : plus on a de place pour ranger, plus on étale ses affaires. Résultat : un bureau où les dossiers s’entassent de toute part et une boite mail surchargée, ce qui entraine une perte de temps non négligeable. La solution ? Limiter ses zones de rangement. 

4. Loi de Pareto

La loi des 80/20. Autrement dit, agir sur 20% des causes résout 80% du problème. Cette loi est utile pour identifier sur quelle cause agir en priorité en vue d’améliorer une situation. Il vaut donc mieux se concentrer sur l’essentiel, savoir dire non et déléguer les taches non indispensables.  

5. Loi d’Illich

« Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine décroit, voire devient négative ». En résumé, il est nécessaire de faire des pauses au travail pour gagner en productivité. Inutile de travailler plus. 

>> Retrouvez toutes nos offres d’emploi