Lutosa : quand l’emploi a la patate!

En place depuis 36 ans, Lutosa est aujourd’hui une entreprise belge qui a la patate ! Elle est 5e au palmarès européen de son secteur et figure dans le Top 10 mondial de l'industrie de transformation de la pomme de terre.

Lutosa emploie un personnel très varié : outre les fonctions administratives, l’entreprise occupe une multitude de métiers tels que conducteur de ligne, contrôleur produit, opérateur de conditionnement, cariste logistique, contremaître, informaticien, technicien en automation, électro-mécanicien, promoteurs de vente... Aujourd’hui, elle est à  la recherche de travailleurs techniques (automation, électro mécanique, énergie thermique), scientifiques  (biochimie, bio ingénieur...), spécialisés dans le secteur alimentaire (hôtellerie...) ou commercial (sciences de gestion, marketing...). Lutosa était présente au salon de l’emploi Talentum à  Mons hier. Nous avons rencontré Françoise Bayart, la directrice des ressources humaines.

Combien de personnes travaillent actuellement pour vous ?

Nous employons 530 personnes sur le site de Leuze et 180 sur celui de Waregem.

Combien de personnes comptez-vous recruter ?

Nous recrutons de manière régulière tout au long de l’année. Pour l’instant nous avons quatre postes vacants. Nous cherchons un informaticien, un secrétaire réceptionniste, un automaticien et un mécanicien.

Comment décririez-vous le processus d’embauche chez Lutosa ?

Nous recrutons aussi bien en interne qu’en externe, sur la base de candidatures spontanées, de vacatures, de candidatures déposées à  l’occasion de salons de l’emploi et d’inscriptions dans des agences d’intérim.
Les candidats passent deux entretiens : un premier avec un responsable des ressources humaines, un second avec un responsable du département qui recrute. Occasionnellement, un test de personnalité est réalisé par une société extérieure. Cela concerne les profils de manager et les commerciaux.

Quels genres de questions posez-vous en entretien d’embauche ?

Nous parlons des études, des réalisations d’expériences professionnelles si les candidats ont déjà  été actifs dans le monde du travail. Dans le cas contraire, nous parlons plutôt des loisirs et de ce que les candidats ont déjà  pu faire au cours de leur parcours scolaire, comme les jobs d’étudiant. Nous évoquons aussi l’environnement familial.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres entreprises en termes de conditions de travail ?

Malgré la taille de l’entreprise, nous avons préservé un esprit plutôt familial, puisqu’à  l’origine, Lutosa était une entreprise familiale, créée par deux frères. Nous avons aussi encore un esprit entrepreneurial. Malgré notre reprise par McCain (Lutosa a été reprise par McCain en juin 2013, Ndlr), nous évitons au maximum l’esprit procédurier, même si cela a tendance à  évoluer.

Qu’est-ce qui est spécifiquement « made in Belgium » dans les produits Lutosa ? Déléguez-vous une partie de la production à  l’étranger ?

La reprise par McCain n’a rien changé en termes de production. Nous maintenons nos structures et nos filiales commerciales. Nous ne déléguons rien à  l’étranger. Nous travaillons dans un secteur – la culture de la pomme de terre – fortement développé dans nos régions. Nous achetons nos pommes de terre en Belgique, en France et aux Pays-Bas. 50% de l’achat de nos pommes de terre se fait sous forme de contrat avec les agriculteurs de la région. Ils s’engagent à  nous vendre X tonnes avant même que les plants ne soient plantés. Les autres 50% sont achetés à  des grossistes, qui les achètent aussi à  des agriculteurs en Belgique, mais aussi en France et aux Pays-Bas. Nous resterons toujours proches de la région.  

Lutosa en quelques chiffres

En 2012, 800.000 tonnes de pommes de terre ont été transformées et 370.000 tonnes de produits finis ont été vendues. 88% de la production a été exportée  vers 111 pays différents.

Retour à la liste