Maraicher urbain, une formation ‘’gagnant-gagnant’’ innovante

Rédigé par: Mélina Margaritis
Date de publication: 31 janv. 2022
Catégorie:

Le projet d’une agriculture urbaine continue de se concrétiser avec l’apparition d’une formation de ‘’maraîcher urbain’’. Proposée par l’efp, cette formation se veut être un tremplin vers une meilleure économie circulaire.

Depuis quelques années déjà, dans le centre de Bruxelles, l’agriculture urbaine a fait son apparition avec la création de potagers et de cultures agricoles en toiture-terrasse,… Sans oublier les nombreuses initiatives qui promeuvent le ‘’circuit court’’ (marchés bio, groupements d’achats alimentaires, collectifs de producteurs, etc.). Cette philosophie du ‘’manger durable et local’’ et d’économie circulaire, l’efp la soutien avec  la création d’une formation de ‘’maraîcher urbain’’.

Professionnaliser le secteur, un atout de la formation

D’une durée de deux ans, la formation propose un enseignement complet pour la réussite du métier, dans le respect des normes environnementales et d’hygiène. En plus des cours pratiques et théoriques,  les apprenants réalisent un stage de terrain de 3 jours par semaine. En fin de formation, ils deviendront ainsi des maraichers urbains et diplômés d’un certificat de chef d’entreprise.

Pour Nathalie Bergeret, attachée à la direction et chargée du partenariat institutionnel de l’efp, professionnaliser le secteur reste important : « On sait que les agriculteurs urbains mettent beaucoup d’énergie pour développer leur activité, mais la rentabilité n’est pas toujours au rendez-vous. En formant les apprenants en gestion, cela permettra un échange de nouvelles idées et compétences avec les agriculteurs, ce qui les aidera à être plus rentables. Je pense que c’est aussi une façon de professionnaliser le métier existant. Il y a une centaine de personnes sur Bruxelles qui travaillent à l’heure actuelle dans ce qu’on appelle l’agriculture urbaine au sens large. Cela répond donc à une attente. » Une façon de rendre la formule ‘’gagnante-gagnante’’ tant pour les agriculteurs que pour les futurs maraîchers.

Nathalie Bergeret

Nathalie Bergeret, attachée à la direction et chargée du partenariat institutionnel de l’efp

Une formation solide grâce aux partenaires

Dans le but de répondre aux besoins sociaux-économiques de sa région et sur base des ambitions du gouvernement régional, l’efp a développé une série d’activités économiques dans le secteur de l’alimentation durable, entre autres. Cette proposition de formation de maraîcher urbain s’inscrit dans le cadre de la stratégie ‘’Good Food’’ de la Région bruxelloise, et s’organise en partenariat avec plusieurs organisations telles que Green Surf, Group One, Boeren Bruxsel Paysans, Job Yourself et Parking Brussel.

Ainsi, l’efp met en avant une série de programmes de soutien à l’entrepreneuriat développés avec ses partenaires. Un élément à ne pas négliger pour Vincent Giroul, Directeur de l’efp : « Une personne qui aurait comme projet de devenir maraicher urbain aura avec ce parcours, des cours pour développer ses connaissances et ses compétences, l’encrage dans les entreprises, mais aussi le soutien de l’entrepreneuriat. Il aura alors acquis ces trois cartes majeures pour devenir un maraicher urbain.».

Vincent Giroul, EFP

Vincent Giroul, Directeur de l’efp

Un avantage pour d’autres secteurs

David Keunings , responsable du pôle alimentation efp, affirme que cette initiative bénéficie aussi au secteur de l’horeca : « C’est ce  qui va aussi pouvoir servir dans le circuit court en interne au sein même de l’efp. On a d’autres formations comme celle pour les traiteurs et restaurateurs. Une culture hors sol où nous allons récolter des fruits ou des légumes produits via notre formation pour les maraichers urbain et en faire de la confiture pourra servir à nos restaurateurs, pâtissiers, etc. ».

Une façon de permettre au secteur de  se réinventer après une crise sanitaire difficile et des mois de fermetures. « Notre objectif c’est de soutenir la volonté des agriculteurs et des apprenants par rapport à un enjeu sociétal fondamental : l’économie circulaire, le ‘’Good Food’’. On entend beaucoup d’injonctions et de professions de foi par rapport à ça, ici il y a une proposition tout à fait concrète pour passer du discours à la réalité »  conclut Vincent Giroul.

David Keunings

David Keunings , responsable du pôle alimentation efp