Méga projets pour le métro bruxellois

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 15 févr. 2023
Catégorie:

La STIB a dans ses cartons de nombreux projets de grande ampleur, comme la modernisation et l’extension de son réseau du métro. Y sont évidemment associées des contraintes fortes, notamment celle d'assurer la continuité de ses services.

stib

Pas de big bang !

La STIB compte environ 10.400 collaborateurs. En son sein, œuvrent divers départements, dont la Business Unit Metro (BUM), les Business Units Bus, Tram et Customer Expérience Comme le résume Alain Catanese, Vice-Président de la BUM, « la STIB mène en parallèle deux grandes familles de projets concernant le métro. Elles viennent en complément des opérations normales du service ainsi que du maintien des infrastructures et du matériel roulant. La première famille regroupe des projets d'amélioration des services à sa clientèle menés au jour le jour. Exemple : l'augmentation des fréquences de transport, comme en début et fin de service ou durant les heures de pointe. » La seconde famille comprend le Programme de modernisation du métro (PMM) et le Métro 3, qui correspond à l'extension du réseau à plus longue échéance.

« Tous ces projets se déploient de manière très progressive. Pas question de provoquer des big bang qui entraîneraient des interruptions de service », tient à préciser notre interlocuteur. « Les rames de dernière génération, les M7, sont par exemple en cours d’introduction depuis 2021 : 19 rames servent déjà à faire face à l'augmentation de fréquentation, tandis qu’une vingtaine d’autres sont en cours de fabrication. » Les nouvelles rames M7 sont capables de fonctionner de manière automatisée, sans conducteur. Dans ce cadre, la STIB procède à des tests, tout en étudiant la manière dont les nez de quais des stations devront être adaptés pour intégrer les systèmes nécessaires à l'automatisation.

Adapter les infrastructures

Pour sa part, l'extension du réseau de métro, via la future ligne 3, repose sur la transformation du secteur Nord-Albert. En fin de décennie, il basculera d'un trafic de prémétro - des trams en souterrain - vers le métro proprement dit. Entre la Gare du Nord et Bordet, il faudra en outre installer de nouvelles infrastructures complètes, ce qui comprend le creusement de tunnels.

La modernisation passe aussi par le remplacement du système de signalisation ; elle est nécessaire pour pouvoir encore augmenter les fréquences du métro. Le nouveau système entrera progressivement en fonction cette année, parallèlement à la mise en œuvre d'un nouveau logiciel de supervision. Cela doit notamment permettre une gestion du trafic en temps réel, ce que le précédent système ne pouvait assumer.

Autre point de modernisation : si le nombre de rames augmente, il faut aussi plus d’espaces pour les abriter. En complément des dépôts de métros Delta et Brel (Gare de l'Ouest), on vient donc d'en construire un nouveau, d'une superficie de 30.000 m², à proximité de l'hôpital Érasme. En outre, l’extension de la ligne 3 intégrera la construction d'un nouveau dépôt à Haren.

stib

Alain Catanese, Vice-Président de la BUM