Méritez-vous une promotion ?

Publié :

Lorsqu’un employé fournit du bon boulot, il peut être récompensé par une augmentation ou une promotion. Mais comment savoir avec certitude s’il est prêt pour davantage de responsabilités ?

Avant de récompenser un collaborateur, mieux vaut donc bien réfléchir. Les récompenses doivent en effet être en ligne avec les valeurs de l’entreprise. Le travail d’équipe fait-il partie des valeurs importantes au sein de la société ? L’employé qui provoque sans cesse des discussions ou donne des leçons à ses collègues ne devrait alors par être récompensé.

Comment savoir si un collaborateur mérite une promotion ? 7 points de réponse.

1. Jugement de tiers

Pour être certain qu’un collaborateur est prêt à remplir une nouvelle fonction ou à assumer de nouvelles responsabilités, mieux vaut faire appel à des tierces personnes, comme par exemple ses collègues directs. Ceux-ci ont en effet un rapport et une vision différente du collaborateur concerné.  

2. Soif d’apprendre

Les gens doués dans ce qu’ils font perdent souvent rapidement leur motivation, car leur tâche ne représente plus aucun défi. Une promotion est donc une récompense idéale, aussi bien pour le collaborateur concerné que pour l’entreprise qui récoltera les fruits de son travail, pour quelqu’un qui exprime son envie d’apprendre et de relever un nouveau défi.   

3. Envie de nouvelles tâches

À vérifier également avant d’attribuer une promotion : le collaborateur aimera-t-il les nouvelles tâches qu’il aura à  effectuer ? Ce n’est en effet pas parce quelqu’un fait bien son boulot, qu’il aime le faire. Le collaborateur doit donc exprimer son envie d’assumer de nouvelles responsabilités. Si ce n’est pas le cas, mieux vaut envisager d’autres possibilités.

4. Période d’essai

Pour être sur qu’un employé s’adapte bien dans une nouvelle fonction, il est judicieux d’instaurer une période d’essai. L’employé et son supérieur doivent convenir de la durée de cette période et des critères qui seront évalués. Une fois la période d’essai passée avec succès, l’employé reçoit un nouveau titre de fonction et la reconnaissance qu’il mérite.

5. Augmentation salariale

En général, la rémunération d’une fonction est définie au préalable. Si ce n’est pas le cas ou que la promotion ne consiste qu’en l’ajout de quelques tâches, il faut déterminer quelle augmentation salariale sera accordée pour ces tâches complémentaires. Pour ce faire, il faut constituer une liste de tâches qui permettra d’estimer plus facilement l’augmentation méritée.

6. Promotion refusée

Dans le cas où un employé réclame une augmentation qui ne peut lui être accordée, il faut lui donner des explications honnêtes sur les raisons du refus. Il faut fixer les conditions auxquelles l’employé en question doit satisfaire pour avoir droit à une promotion. Il est également utile de lui confier des tâches qui lui permettront de se développer dans la voie de cette promotion éventuelle. Et si aucune promotion n’est possible, l’honnêteté, une fois encore, doit primer.

7. Récompenses alternatives

Si un collaborateur mérite une promotion mais qu’aucun budget n’est disponible, mieux vaut lui expliquer pourquoi aucune promotion ne peut lui être accordée pour l’instant. Entre-temps, il peut se voir attribuer des tâches complémentaires qui lui permettront d’avancer vers cette promotion. Si aucune récompense ne peut être accordée, le supérieur doit veiller à  exprimer sa reconnaissance, sans quoi l’employé perdra sa motivation très rapidement.

Source: managersonline.nl

Retour à la liste