Les « Millennials » vont-ils tout changer ?

Publié : mardi 8 novembre 2016

On les dit peu loyaux, prétentieux, voire fainéants. Mais on les dit aussi multitâches, idéalistes et bien évidemment férus de nouvelles technologies. Afin d’en savoir davantage au sujet de ces « Millennials », du nom de cette génération née dans les années 90 qui arrive progressivement dans les entreprises, ManpowerGroup a mené l’enquête auprès de 19.000 jeunes à l’échelle mondiale, et de 1.500 employeurs, et en dresse un portrait… contrasté.

« L’enquête, comme notre expérience, indique que les Millennials ont peu de problèmes avec un monde qui change rapidement et qu’ils sont à la recherche d’une carrière variée qui évolue (aussi) vite. Le fait de travailler plus longtemps et d’apprendre tout au long de la vie afin de rester employable fait désormais partie intégrante du nouveau monde du travail, estime Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux, en guise d’introduction. Les employeurs ne peuvent pas nier cette nouvelle culture et se laisser dépasser. Ils doivent accepter qu’ils ne sont plus des constructeurs de carrières ( builders of careers ), mais des consommateurs de travail ( consumers of work ). La relation employeur-employé est donc en train de changer. »

1) Travailler plus longtemps, mais de façon discontinue

A 60 ans, la pension ? Les « Millennials » réalisent apparemment très bien qu’ils vont devoir travailler plus longtemps que les générations précédentes. 60 % des sondés s’attendent à travailler au-delà des 65 ans, 27 % au-delà de 70 ans, 12 %… jusqu’à la mort ! Mais le groupe le plus important (33 %) pense pouvoir partir à la retraite entre 65 et 69 ans.

Travailler plus dur et plus longtemps que les générations précédentes n’est pas un tabou pour cette génération, pour autant qu’elle puisse y intégrer des périodes de pause ou des « breaks ». Quelque 84 % des sondés n’esquissent plus leur chemin professionnel sous la forme d’une échelle de carrière, mais sous la forme de vagues. Ils s’attendent, au cours d’une carrière désormais discontinue, à tirer plusieurs fois sur le frein à main pour, par exemple, trouver le repos, prendre des vacances ou partir en voyage. Les hommes ont clairement d’autres priorités que les femmes, qui veulent également consacrer du temps aux enfants, aux aînés ou au bénévolat.

2) Argent, sécurité et temps libre

Trois priorités arrivent en tête sur la liste des souhaits des « Millennials » à la recherche d’un emploi : l’argent, la sécurité et le temps libre. Pour plus de 90 %, un salaire en fonction du travail presté (« work hard, play hard ») est la priorité numéro un. Ensuite, ils recherchent la sécurité d’emploi (87 %) et la liberté d’insérer eux-mêmes des breaks dans leur carrière (86 %). Egalement en tête de liste : le fait de travailler avec des gens sympas dans un environnement agréable (80 %) et l’opportunité de travailler de façon flexible et de développer de nouvelles compétences (79 %).

Qu’entendent-ils par sécurité d’emploi ? Ils ne seraient pas des « papillonneurs » comme on le prétend parfois et, s’ils recherchent la sécurité d’une carrière à temps plein, ce n’est pas sous la forme d’un emploi à temps plein. S’ils ont l’opportunité de changer d’emploi, horizontalement ou verticalement, ils le feront volontiers. Mais de préférence chez le même employeur. En d’autres termes, la sécurité d’emploi devient la sécurité de carrière.

3) Variation, opportunités et progrès

Exercer pendant deux ans la même fonction est déjà limite pour deux tiers des « Millennials ». Pour un quart, la limite est déjà atteinte à douze mois ! L’envie de relever de nouveaux défis est grande, toujours chez le même employeur. La majorité (63 %) n’a d’ailleurs pas l’intention de changer d’employeur dans les deux années à venir, pour autant qu’ils reçoivent de nouvelles opportunités pour changer de rôle en interne ou pour évoluer.

Le top pour les fidéliser ? Une augmentation salariale ou un bonus, un nouveau défi ou une promotion, un meilleur équilibre entre travail et vie privée, une voie d’évolution claire, et une reconnaissance par les managers et les collègues.

4) Prêts pour le nouveau monde du travail

Les « Millennials » sont aussi ouverts au changement sur le plan du « statut». Presque deux tiers d’entre eux souhaitent avoir un emploi à temps plein, mais plus de la moitié affirment ne pas exclure de nouvelles formes de travail : à temps partiel (30 %), free lance (28 %), à la mission (14 %), des jobs combinés (plus de 2 emplois, 16 %), entre autres. Pour 34 %, travailler comme indépendant est une option séduisante.

5) Capacité d’apprentissage

Cette génération réalise enfin très bien que l’apprentissage tout au long de la vie (93 %) est fondamental pour leur carrière future. Elle est même prête à payer cette formation de sa poche, sur son temps libre. La relation positive entre la formation et la réussite (plus on est formé, plus on est employable, plus on est payé) est donc claire.

Les « Millennials » considèrent le fait d’affûter ses compétences et de continuer à apprendre comme le principal atout pour monter dans la hiérarchie de l’entreprise (46 %), suivi par le fait de bien prester dans l’emploi actuel (45 %) et d’accumuler de l’expérience en acceptant de nouvelles tâches et fonctions (35 %). Le fait de disposer des bonnes relations n’arrive qu’en quatrième position (28 %).

> Découvrez toutes nos offres d'emploi! 

Retour à la liste