Mon patron peut-il m'obliger à me raser la barbe?

Publié : samedi 5 août 2017

Depuis peu, j’ai décidé de me laisser pousser la barbe, mais mon employeur trouve que ce n’est pas adapté. Peut-il m’obliger à la raser ? Qu’en est-il de mes autres caractéristiques d’apparence ?
La réponse de Karin Buelens, conseillère chez SD Worx

Certains employeurs attendent de leurs employés qu’ils s’habillent d’une certaine manière, ou leur imposent des règles sur leur présentation physique. Ainsi, les tatouages ou les piercings sont parfois interdits, et des règles d’apparence sont parfois fixées.

Les raisons peuvent être différentes : culture d’entreprise, sécurité ou hygiène, signe reconnaissable, image…

Le droit à l’épanouissement personnel de l’employé peut donc parfois se heurter à l’autorité de son employeur.

L’autorité de l’employeur

Grâce à  son statut, un employeur peut imposer certaines règles concernant l’apparence de ses employés dans le règlement de travail.

Costume, mini-jupe, décolleté... Comment dois-je m'habiller dans le milieu du travail?

Ainsi, cela peut raisonnablement être le fait qu’un employeur interdit les cheveux lâchés (pour la sécurité) ou exige de ses employés un aspect extérieur soigné (comme par exemple, un visage rasé de près).

Ces consignes doivent cadrer à une certaine culture d’entreprise ou doivent être primordiales pour la sécurité ou l’hygiène.

L’épanouissement personnel de l’employé

La vie privée de l’employé englobe aussi son développement personnel.

Des restrictions à  cette vie privée sont possibles sous certaines conditions :

  • La restriction doit être légalement raisonnable (par exemple des règles de sécurité)
  • Le but recherché doit être légitime (par exemple la sécurité des employés)
  • L’intervention doit être proportionnelle (pas plus que nécessaire)

8 astuces pour améliorer votre équilibre travail et vie privée

Conclusion

Le fait qu’un employeur puisse exiger ou non d’un de ses employés qu’il se rase la barbe, dépend des règles d’application dans l’entreprise concernée et des circonstances concrètes.

La vie privée (l’épanouissement personnel) de l’employé va devoir être évaluée par rapport à l’autorité de son employeur.

> Voir aussi : Tenues d’été au bureau: les faux pas à éviter

Retour à la liste