Noa Moon : « J’avais besoin de me réapproprier la scène »

Noa Moon a choisi  de suivre un coaching  du Studio des variétés.  La jeune chanteuse belge sort un nouvel album  le 21 avril prochain  et souhaitait une petite remise à niveau avant  sa tournée qui débutera dans la foulée. 

> Voir aussi : La scène en formation

Pourquoi avoir choisi de suivre ce genre de formation ?

J’avais besoin de me réapproprier la scène. J’ai sorti mon premier album il y a trois ans et puis je suis partie en tournée directement après. Ensuite j’ai fait une assez longue pause, notamment pour composer mon nouvel album. C’était donc utile de repasser par là avant la tournée. J’ai aussi suivi quelques heures de cours de chant avec mes deux musiciennes qui font les chœurs. On a directement ressenti la différence après.

C’était une première pour vous ?

Non, lors de ma première tournée j’avais déjà suivi quelques formations mais c’était différent. A l’époque, dès que mon premier titre est passé à la radio, je suis montée sur scène alors que je n’y connaissais rien. C’était donc vraiment pour avoir les bases. Maintenant j’ai une certaine expérience, mais il y avait quelques points que je voulais encore améliorer.

Le coaching reste donc utile même après une première expérience de la scène ?

Oui, cela permet de vraiment se replonger directement dedans dès le premier concert et ainsi de ne pas attendre cinq dates pour être vraiment à nouveau rodée. Je suis quand même restée deux ans sans faire de scène, ce qui est long. Le travail dans des salles avec les régisseur et techniciens met vraiment dans le bain. C’est largement différent que de répéter dans le studio.

> Voir aussi : Les étranges premiers jobs des chanteurs

Qu’apporte votre coach ?

Son aide est précieuse. Il m’aide notamment à bien m’approprier les chansons de mon nouvel album, qui sont plus profondes que sur le premier. Mais cela se joue aussi sur des petits détails qui n’ont l’air de rien en apparence. Par exemple, nous avons simplement changé de quelques centimètres la position de chacun sur scène. Cela semble tout bête, mais ça permet d’avoir plus d’échanges de regards pendant les morceaux. On travaille également sur l’organisation et l’ordre dans lequel on les joue.

Certains exercices comme celui où il vous tient par la main sont plutôt originaux.

Oui, effectivement, il y a cinq ans ce genre d’exercice m’aurait sans doute fait marrer. Mais il essaie vraiment de me sortir de ma zone de confort. Ça semble parfois un peu théâtral et surjoué, mais ça a du sens et un réel intérêt. Après, chaque groupe est différent et les besoins ne sont pas forcément les mêmes.

Comment avez-vous eu connaissance de ce type de formation ?

C’est mon manager qui s’occupe de ça. Son rôle est de me proposer tout ce qui pourrait m’aider, j’ai donc accepté. Mais j’avais déjà entendu parler du Studio des variétés car pas mal d’artistes sont passés par ici. C’est vraiment très professionnel, avec un encadrement vraiment bon.

Savez-vous qu’il existe d’autres formations, notamment pour répondre aux interviews ?

(Rires.) Non, je l’ignorais ! A ce niveau-là, on peut surtout me reprocher de trop parler. C’est peut-être le mauvais côté de ma spontanéité, mais c’est quelque chose qu’il serait difficile de changer.

> Découvrez nos 1500 nouvelles offres d'emploi !

Par

Publié :

Retour à la liste