Oubliez les diplômes, soignez plutôt votre Klout!

Inutile de posséder le diplôme approprié ou une tonne d'expérience pour décrocher le job de vos rêves : désormais, il faut juste faire le meilleur score Klout sur une échelle de 1 à  100. Celui-ci permet de mesurer votre influence sur les réseaux sociaux comme Twitter. De plus en plus d'employeurs en tiennent compte, mais le Klout ne fait pas l'unanimité...

Sam Fiorella n'en croit pas ses yeux. Après avoir posé sa candidature auprès d'une grande entreprise canadienne de marketing, il témoigne de son infortune dans l'édition de mai du magazine technologique Wired. Sam, fort de quinze ans d'expérience en consultance auprès de clients-clés, avait de bons espoirs de décrocher le poste. Jusqu'à  ce que le recruteur l'interroge, au beau milieu de l'entretien, sur son score Klout. Après une légère hésitation, Sam est forcé de reconnaître qu'il n'a pas la moindre idée de ce à  quoi son interlocuteur faisait allusion. Le score Klout de Sam Fiorella s'élève en fait à  34. Le recruteur met alors rapidement un terme à  l'entretien et Fiorella est informé peu de temps après qu'il ne fait plus partie des candidats sélectionnés. L'entreprise a finalement engagé une recrue qui possédait un score Klout de 67.

Empreinte en ligne

Si, comme Sam, vous tombez des nues, sachez que le Klout est un score créé par une entreprise du même nom de San Francisco pour mesurer votre influence sur les autres à  travers les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook. L'algorithme de calcul fait l'objet d'un mystère, à  l'image du classement des résultats de recherches sur Google. Certains éléments sont connus : on sait par exemple que le calcul du score Klout tient compte de dizaines de facteurs, dont le nombre de 'suiveurs' que vous possédez sur Twitter, leur pertinence et la mesure selon laquelle ils font suivre vos messages ('retweet'). Outre Twitter, le Klout prend aussi en considération votre impact sur d'autres réseaux sociaux tels que Facebook et Google+. Lorsque vous placez une vidéo sur Facebook et que quelqu'un clique sur 'J'aime', votre score augmente.

Dans l'univers du recrutement, le score Klout est de plus en plus répandu. Il arrive même qu'il intervienne dans ce que l'on appelle le 'online reputation check', auquel les responsables RH se livrent de plus en plus fréquemment. Une étude du bureau d'intérim néerlandais Creyf's a récemment révélé que près de la moitié des entreprises passent au crible les profils en ligne des candidats lors de la sélection de nouveaux collaborateurs. Elles tentent ainsi non seulement d'éclaircir les zones d'ombre de leur CV, mais aussi de sonder leurs activités sur Twitter et les autres réseaux sociaux. "Récemment, j'ai transmis, à  la demande d'un client, deux noms de personnes dont j'avais fait la connaissance via Twitter. Après analyse de leur empreinte en ligne, toutes deux ont été conviées à  un entretien", relate Rob van Alphen, 'social business architect' à  l'agence Web LBI, lui-même entré en contact avec son employeur actuel par l'intermédiaire de Twitter, il y a trois ans.

Justin Bieber: un Klout maximum de 100

Parfois, ce sont les candidats qui font le premier pas. Aux États-Unis, les candidats mentionnent de plus en plus leur score Klout sur leur CV. Mais les Belges ont eux aussi découvert cet indicateur. La Vlerick Management School a récemment reçu une lettre de candidature à  la fonction de 'research manager' dont l'auteur mettait explicitement son score Klout en évidence, essayant ainsi de souligner son impact sur les réseaux sociaux, et donc son influence en général.

L'utilité du Klout ne convainc cependant pas tout le monde. "Le Klout gagne en importance et tout le monde en parle, mais je n'en suis pas partisan en tant que score mesurant l'influence d'une personne," estime Rob van Alphen de LBI. Les score Klout élevés - supérieurs à  50 - appartiennent généralement à  des mandataires politiques connus ou des personnalités. L'exemple par excellence est l'idole des ados, Justin Bieber, qui, avec 22 millions de suiveurs, est le seul à  décrocher un score Klout maximum de 100. Or, il a beau être très suivi, il n'en fera pas moins un piètre candidat pour votre fonction à  pourvoir. "L'influence ne se limite d'ailleurs pas aux circuits en ligne", précise Rob van Alphen. "Il ne faut pas oublier l'importance du traditionnel bouche-à -oreille."

Ajoutons à  cela que le calcul du Klout en lui-même, ou ce que l'on en sait, est plutôt pervers ; votre score Klout gonfle par exemple lorsque vous conversez avec des personnes au score élevé. Mais si vous répondez au message de quelqu'un qui a peu de suiveurs sur Twitter, votre propre score Klout en pâtira, puisque selon l'algorithme vous êtes moins important. Rob Van Alphen : "Sans compter que tout le monde n'a pas autant de temps à  consacrer à  une présence active sur les médias sociaux. Un CEO qui présente un score Klout de 10 est-il réellement inintéressant ?".

IT et marketing

Il convient de relativiser face à  un médium tel que Twitter, même s'il constitue un facteur important du Klout. En Belgique, Facebook compte 4,6 millions de membres, LinkedIn plus de 1,1 million et Twitter quelque 200 000. Ce dernier chiffre représente environ 2 Belges sur 100. Et seule une petite minorité de ces derniers est réellement active sur Twitter, décrochant par conséquent un score Klout élevé. Les employeurs restent néanmoins attentifs au phénomène, en particulier les entreprises des secteurs marketing et IT, qui font appel aux réseaux comme Twitter pour repérer des collaborateurs potentiels et diffuser des offres d'emploi, nous confie Rob van Alphen.

Ce dernier n'en refuse pas moins l'idée d'adapter son comportement dans l'espoir d'être repéré par des employeurs potentiels. "Trouver un emploi ne doit jamais constituer l'objectif principal de l'utilisation d'un réseau social, en particulier via la création d'un compte Twitter." Sam Fiorella, notre candidat canadien, a pour sa part décidé de travailler sur son score Klout après son entretien avorté. Six mois après cet entretien révélateur, son score est passé de 34 à  72, avec plusieurs entretiens spontanés à  la clé. Pourtant, une mini-recherche récente sur le profil LinkedIn de Sam nous apprend que sa situation professionnelle a peu évolué entre-temps. De là  à  en déduire que le Klout n'est pas la panacée, il n'y a qu'un pas...

Twitter, mode d'emploi

L'objectif principal de Twitter n'est pas de vous trouver un emploi, mais bien de vous permettre de vous exprimer. Quelques pistes :
- Soyez concis et intéressant : les mélanges d'éléments privés et professionnels sont souvent les meilleurs
- Re-twittez et réagissez aux messages et questions des autres. Ils vous rendront la pareille.
- Pas droit à  l'erreur : les fautes (d'orthographe) sont encore plus flagrantes avec les 140 signes dont vous disposez.
- Ne vous fâchez pas : Twitter n'est pas le lieu rêvé pour passer un savon à  quelqu'un.

Retour à la liste