Peut-on exercer 52 métiers en un an ?

Le suspens durait depuis des mois… Quelle voie professionnelle allait choisir Matt Frost, ce trentenaire britannique qui vient de tester 52 emplois en un an ?

L'été 2012, alors qu'il travaille dans un magasin d'électronique à Londres, un accident contraint Matt à quitter son emploi. Cet arrêt forcé m'a fait réaliser que ce métier n'était probablement pas ce que je voulais faire de ma vie, confie-t-il dans la presse britannique. Je sais bien que c'est une sensation vécue par beaucoup de personnes dans le monde mais, cette fois, j'avais le sentiment que c'était vraiment différent.

Refusant l'immobilisme, il décide donc de tester d'autres métiers : un jour éboueur, l'autre forgeron, il s'est notamment glissé dans la peau d'un serrurier, d'un enseignant, d'un journaliste du Times et d'un agriculteur... Je voulais voir si je pouvais découvrir quelque chose dont je serais vraiment passionné. À l’issue de son aventure, il l’a déclaré : il espère évoluer dans l’industrie des jeux vidéo.

Son initiative s’inspire du projet One Week Job, qui consiste à travailler successivement une semaine au sein d’une série d’entreprises différentes, en reversant son salaire à des œuvres caritatives. Sans chômer un seul jour de l'année, Matt a gagné environ 12 000 €. Une somme d'argent qu'il a intégralement reversée à l'organisme de bienfaisance Prince's Trust, la fondation créée par l'héritier du trône pour venir en aide aux jeunes défavorisés.

Mais ce Britannique n'est pas le seul à s'adonner au « jobhopping caritatif ». Au total, ils sont cinq à avoir pris part au One Week Job depuis son lancement, en 2007, au Canada. En Inde, un jeune trentenaire vient d'achever une incroyable expédition, qui l'a vu tester un métier par semaine dans chacun des 28 États du pays. Soit un périple de près de 25 000 km.

L'objectif de ces micro-expériences ? Balayer les stéréotypes culturels et trouver sa propre voie. Ici, les parents décident du futur de leurs enfants avant même qu'ils ne viennent au monde, raconte Jubanashwa Mishra, ancien ingénieur informatique. C'est soit une carrière dans le médical, soit dans l'ingénierie. Il est primordial de stopper cette tendance et d'encourager les jeunes à poursuivre leurs propres rêvesSon histoire, largement relayée dans les médias et racontée sur son blog, a eu un bel écho auprès de jeunes hésitant au sujet de leur avenir.

 

Retour à la liste