Peut-on se faire rémunérer en bitcoins ?

On savait qu’il était possible de vendre des services ou même des biens en se faisant payer en bitcoins, cette devise entièrement décentralisée, qui échappe à toutes les règles monétaires classiques. Mais aux États-Unis, la célèbre monnaie virtuelle pourrait devenir un complément de salaire « normalisé ».

Déjà pratiqué par une entreprise

L’entreprise Internet Archive, célèbre pour son site qui archive le web et donne accès à de nombreux documents multimédias libres de droits, a mis en place un programme qui permet à ses salariés d’être payés en bitcoins. Ils peuvent ainsi acheter des pizzas, ou des hébergements de blogs Wordpress. Au mois d’avril, certains de nos employés ont choisi de recevoir une partie de leur paie en bitcoins. Si ça fonctionne, nous pourrions en faire une option permanente, explique l’organisation.

Reconnu par le gouvernement allemand

En août 2013, le gouvernement allemand a officiellement reconnu le bitcoin comme une « monnaie privée », ce qui lui permettra de taxer 25 % des bénéfices générés. Néanmoins, cette reconnaissance officielle ne fait pas disparaître les problèmes juridiques apparus autour de cet argent cryptique.

Illégal en Belgique

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le bitcoin n’est pas, selon la réglementation européenne applicable, une monnaie électronique. En Belgique, le Code du travail impose que le salaire soit payé en espèces ou par virement sur un compte bancaire ou postal. En pratique, il est donc illégal de verser un salaire vers un compte bitcoin, qui n’est pas un compte bancaire au sens de la loi. Mais cela n’interdit pas une rémunération complémentaire versée, éventuellement, sous la forme de bitcoins.

Retour à la liste