Pleurer au boulot: un signe de faiblesse?

Publié : jeudi 26 avril 2012

Les émotions peuvent nous submerger partout, à  la maison comme au travail. Au boulot, nous essayons pourtant de les contenir. Les hommes surtout font leur possible pour ne pas dévoiler leurs sentiments: 'boys don't cry'. Faut-il en conclure que l'on ne peut pas pleurer au travail?

Cela est déjà  arrivé à  tout le monde: vos yeux s'embuent, votre gorge se serre, vous sentez les larmes monter. Le fait de pleurer est très humain, mais souvent mal perçu sur le lieu de travail... Non-professionnel? Comment dépasser ce tabou?

Pleurer n'est pas un signe de faiblesse

Souvent, pleurer est considéré comme un signe de vulnérabilité et d'impuissance. Nous pensons que la personne qui pleure n'est pas capable de contrôler ses émotions, qu'elle est faible est incompétente. Nous trouvons généralement qu'il est inapproprié de pleurer au travail. Nous nous sentons gêné et honteux.

Pourtant, exprimer ses émotions en pleurant peut être l'exutoire nécessaire pour surmonter la tristesse. Tout le monde a déjà  été confronté à  des événements qui font perdre les pédales.

Il faut toutefois faire attention à  certaines choses:

  • Analysez seul(e) les raisons de vos pleurs

Interrogez-vous sur les raisons qui ont provoqué ces larmes. S'il s'agit d'un événement personnel qui vous touche, comme une rupture, une maladie ou un décès, il y  beaucoup de chances que vous bénéficiiez de la compréhension de vos collègues et de votre patron. Dans cette situation, il est important que vous arriviez à  traiter sainement vos soucis pour ne pas que cela s'éternise. Un soutien psychologique pourrait notamment vous aider.  

Si la cause de vos larmes est plutôt professionnelle, il est conseillé d'y remédier. Etes-vous dépassé par votre boulot? Avez-vous un conflit avec un collègue? Vous sentez-vous démotivé? Toutes ces situations devraient être abordées avec un supérieur ou une personne de confiance.

  • Restez discret

Il y a certains moments où il sera moins approprié d'éclater en sanglots au travail, comme la visite d'un client ou un entretien important avec un supérieur.  Si vous ne pouvez contrôler vos émotions, essayez de trouver un endroit calme et discret où reprendre vos esprits. Respirez calmement et discutez quelques minutes à  part avec un collègue de confiance.

  • Tenez compte de votre environnement de travail

Les réactions auxquelles vous devrez faire face dépendront de vos collègues et de la culture d'entreprise dans laquelle vous travaillez. Si vous travaillez dans un environnement où les prestations sont très importantes, où il y a peu de contacts personnels, il y a de fortes chances que vous rencontriez des réactions négatives.

Vos collègues et votre chef considéreront alors vos larmes comme un signe de faiblesse. Si vous travaillez plutôt dans un environnement très ouvert, où les sentiments ne sont pas tabous, vous risquez moins la critique. Dans tous les cas, si vous pleurez en présence de collègues, il vaut mieux s'exprimer immédiatement. Par exemple: "Je suis désolé de mon hyperémotivité."

  • N'en faites pas un moyen de chantage

Il vaut mieux éviter de pleurer pour obtenir quelque chose d'un collègue ou d'un supérieur. Si vous y recourez régulièrement, votre 'stratégie' sera vite percée à  jour et jouera inévitablement contre vous. Il existe d'autres moyens d'obtenir ce que vous souhaitez.  

Lire aussi: Comment obtenir ce que vous voulez de votre patron?

Que faire face à  un collègue qui pleure?

Si l'un de vos collègues se met à  pleurer, ne l'ignorez pas. Prenez votre collègue à  part quelques instants. Créez un espace où il ou elle pourra exprimer ses émotions. N'en dites pas trop, mais faites-lui sentir que vous vous souciez de ses problèmes. Vous pouvez aussi lui demander en quoi vous pouvez l'aider.

Faites aussi preuve de respect en évitant d'aller ensuite crier sur tous les toits que votre collègue a fondu en larmes. Démontrez plutôt de l'empathie en demandant, après un petit temps, s'il ou elle se sent mieux.

Retour à la liste