Plus d'une femme sur deux occupe un poste à responsabilité

Date de publication: 8 mars 2020

Journée internationale des droits des femmes - Le CHU UCL Namur, où plus d’une femme sur deux occupe un poste à responsabilités, constitue une exception dans le paysage hospitalier wallon.

CHU UCL Namur

Marielle Dewez, Directrice du site de Dinant.

C’est d’autant plus inhabituel quand on sait qu’une enquête publiée par le Journal du Médecin en 2019 révèle que 22% des hôpitaux francophones sont dirigés par des femmes.

Au CHU UCL Namur, qui englobe les sites de Sainte-Elisabeth, Godinne et Dinant, nous sommes bien loin de ces chiffres : la parité est parfaite au sein du comité de direction et les postes à responsabilité s’accordent davantage au féminin en 2019. Pour le seul site de Dinant, c’est encore plus évident : 29 cadres féminins contre 12 masculins.

Question de stratégie, de quota ? « Non », selon Marielle Dewez, la directrice du site de Dinant et donc membre du comité de direction. « Nous ne sommes pas orientés par le genre du candidat. Au CHU, ce sont les compétences qui comptent. »

 >> Travailler au CHU UCL Namur

La question ne s’est pas vraiment posée pour Marielle Dewez, en poste depuis mai 2018 : « Ceux qui m’ont permis d’évoluer sont majoritairement des hommes. Bien sûr, lors de ma prise de fonction, j’ai ressenti de la pression. Mais ce n’était pas forcément dû au fait que j’étais une femme. On nous juge aussi sur le parcours professionnel. Aujourd’hui, je ne ressens plus de tension particulière. Il y a une évolution masculine des mentalités ». D’ailleurs, 63% des postes pourvus en 2019 au CHU l’ont été à la gent féminine !

Marielle a gravi les échelons au sein du CHU en seulement 5 ans ! Engagée comme assistante sociale à Godinne, elle est devenue cheffe de l’administration des patients puis directrice du site de Dinant

 

Une question de motivation

Une évolution et une touche féminine bien affirmée pour Marielle Dewez, pour qui les femmes désireuses de grimper les échelons ne doivent pas avoir peur : « Il faut se jeter à l’eau et être motivée ».

 >> Travailler au CHU UCL Namur