Plus de 6 travailleurs belges sur 10 se disent capables de trouver un emploi ailleurs assez rapidement

Date de publication: 27 mai 2022

Cette certitude est surtout partagée par les travailleurs dans la vingtaine (80 %), selon une enquête Acerta et StepStone.

Rythme de vie au travail

Le site d’emploi StepStone et  Acerta ont réalisé l’enquête « Talent Pulse 2022 » en mars dernier auprès de 3800 travailleurs belges (dont 87% d’employés) pour évaluer leur confiance ou non en une certaine mobilité sur le marché de l’emploi. Cela va de soi suivant les générations et où ils en sont dans leur carrière, les avis des travailleurs belges varient.

Mais globalement, ils sont plus de 6 sur 10 à être persuadés que, s’ils le veulent, ils peuvent trouver rapidement un emploi similaire à celui qu’ils exercent dans une autre société.

Ce sentiment de confiance en une capacité de mobilité est certainement nourri par le fait qu’aujourd’hui la pénurie de travailleurs pour certains secteurs est une réalité sur le marché de l’emploi et qu’entre sociétés la concurrence est rude pour embaucher des talents nouveaux ou confirmés.

Le travailleur belge se sent donc désiré et en position de force. Un tiers des travailleurs (32 %) partent du principe qu’ils pourraient même glisser ailleurs dans un emploi similaire en quelques semaines. Un tiers également (32 %) pense que la recherche d’un travail similaire ne prendrait que quelques mois. Et 19 % s’attendent à pouvoir changer d’employeur dans l’année s’ils le voulaient.

Les jeunes sont les plus persuadés

Les jeunes, de 20 à 40 ans, sont les plus convaincus (de 75 à 80%) de leur capacité à trouver rapidement du travail ailleurs. Dans les catégories d’âge plus élevées, la confiance baisse à 61 % chez les quadras et à 58 % chez les quinquas. Ils sont encore 55% chez les sexagénaires à penser qu’un changement rapide d’emploi est faisable.

Certains secteurs jouissent d’un indice de confiance plus élevé que d’autres : au top, celui des soins de santé (80 % des aides-soignant.e.s). Suivent le transport/la logistique (72 %), l’informatique (71 %), les métiers techniques, la production et la construction (70 %).

Dans notre pays, 1 travailleur sur 5 cherche activement un nouvel emploi à l’heure actuelle et 57 % ne sont pas en recherche active, mais sont ouverts à d’autres offres d’emploi.

"C’est une bonne chose que de nombreux travailleurs quittent ou veuillent quitter leur employeur pour aller travailler ailleurs, car cette tendance illustre la reprise de l’économie", estime Amandine Boseret, experte Acerta. "Cela doit inciter aussi les employeurs à travailler davantage leur politique de carrière interne. Après tout, les collaborateurs ont peut-être plus de possibilités d’assumer et d’apprendre de nouvelles choses chez leur employeur actuel. "

>> À lire aussi : 5 signes qui montrent que vous devriez changer de travail

>> Consultez toutes nos offres d'emploi