L'organisation RH : Une réelle plus-value pour les entreprises

Publié : lundi 4 avril 2016 Par

« Avant, nous travaillions dans un esprit de bande d’amis, presque de boy-scouts », explique, en riant Jean Demarteau.

Cet ingénieur est aux manettes de Wow Technologie, une PME qui se spécialise dans la conception sur mesure de machines pour l’industrie. Mais face à la croissance de l’entreprise, professionnaliser les GRH est devenu un impératif. « Nous avons dépassé le cap des 50 employés, je ne peux plus avoir un rapport aussi direct avec chacun d’entre eux qu’avant. De plus, on se rend bien compte que nous avions un manque de performance au niveau des ressources humaines. » La PME avait, en effet, été classée comme étant très innovante, mais peu performante.

Giseline Rondeaux, chercheuse à la HEC-Ecole de gestion de l’ULg, a donc accompagné la PME. « La première étape fut de changer notre système de valeur, en le centrant sur la performance », précise le CEO. Mais au-delà de la théorie, comment cette volonté s’est-elle matérialisée ? Deux initiatives, très concrètes, ont été mises en place.

« Tout d’abord, nous avons installé un système dans les programmes que nous utilisons, qui permet de calculer le temps que nous avons déjà consommé sur une tâche. Nous pouvons maintenant voir si, par exemple, nous avons déjà utilisé la moitié du temps imparti à une tâche alors que cette dernière n’est effectuée qu’à un quart » Le contrôle du travailleur n’est pas une fin en soi dans ce dispositif. Il s’agit d’une façon d’évaluer la répartition du travail, et la corriger si elle ne correspond pas à la réalité.

La deuxième action consistait à se poser des questions au niveau de l’organisation des départements de la PME. « Nous en avons créé de nouveaux. Notamment un consacré à la construction. Chaque département faisait appel à ses propres sous-traitants pour réaliser des travaux. Ce n’est plus le cas. Une personne se charge de tout cela afin d’économiser du temps pour les autres départements. »

Après un an d’accompagnement, Jean Demarteau fait le bilan, « il est important de ne jamais se reposer sur ses lauriers ». Reste à savoir combien de PME suivront, à leur tour, cet exemple en investissant dans leur politique de GRH.

Retour à la liste