Pour plus d’un Belge sur deux, le travail ne sera pas tenable jusqu’à la pension

Publié : mardi 13 juin 2017 Par

Si la majorité des employeurs (65%) sondés par Partena prévoient de garder leurs travailleurs jusqu’à 67 ans (l’âge légal de la pension en 2030), 54% des Belges pensent toutefois que leur travail ne sera pas tenable jusque là. Cependant, ils envisagent des solutions comme le temps partiel, plébiscité par plus d’un travailleur sur deux (57%).

La nouvelle loi sur le “Travail faisable et maniable”, votée en février 2017 est considérée par la majorité des employeurs comme intéressante mais plutôt vague. Près de la moitié d’entre eux disent avoir déjà pris des mesures concrètes pour maintenir les emplois tenables pour les travailleurs plus âgés au sein de leur entreprise.

> Voir aussi : Les indépendants belges se préparent mal pour la pension

Pour près de 3 travailleurs belges sur 5 (57%), une réduction du temps de travail ou le passage à un temps partiel figurent dans le top 3 des raisons qui leur permettraient de rendre leur travail tenable jusqu’à cette nouvelle échéance de la pension. En ce qui concerne leur plan d’avenir pour la fin de leur carrière, 42% des travailleurs belges indiquent qu’ils comptent arrêter de travailler avant l’âge de la pension. 

Ce sont les résultats qui ressortent du “Baromètre du Marché du Travail de Partena Professional”.

Aujourd’hui, la tendance du temps partiel s’observe même auprès des travailleurs qui ne sont pas proches de l’âge de la pension. En effet, on constate un glissement du temps plein vers le temps partiel dans les nouveaux contrats avec une augmentation de 18% des temps partiels et une diminution de 17% des temps pleins entre les premiers trimestres de 2016 et 2017.

Pour quels avantages ? 54% plébiscitent un meilleur équilibre entre vie privé et vie professionnelle, vient ensuite le désir d’avoir davantage de temps libre pour 40% et enfin d’avoir plus de temps pour les enfants pour 33%.

> Consultez les jobs à pourvoir !

Retour à la liste