Pourquoi se syndiquer?

La Belgique est un des pays les plus syndiqué au monde. Plus de la moitié des travailleurs belges sont affiliés à  un syndicat. Mais quels sont les avantages et inconvénients d'une telle affiliation? Nous avons posé la question à  Marc, 37 ans, employé dans une multinationale et syndiqué depuis 15 ans, et à  Olivier, 28 ans, vendeur dans un magasin de sport qui n'en voit pas l'utilité.

Quelques chiffres

Mais d'abord quelques chiffres. Si près de 60% des travailleurs belges sont affiliés à  un syndicat, leur proportion varie en fonction des secteurs observés. Dans les grandes entreprises et la fonction publique, la quasi-totalité des employés est syndiquée. C'est moins le cas en ce qui concerne les PME.   

C'est notamment dû au fait que la Loi impose la mise en place d'organes de représentation qui dépendent de la taille de l'entreprise. Par exemple, au-delà  de 100 personnes, un Conseil d'entreprise doit être institué. Ce dernier est composé de représentants des travailleurs et de la direction et doit être associé à  la politique économique, financière et sociale de l'entreprise. Par contre, en dessous de 50 personnes, la Loi n'impose pas de structure particulière. Une délégation syndicale peut être rendue obligatoire, mais seulement par le biais de convention sectorielle.

Il existe trois grands syndicats en Belgique : la CSC (Chrétien), la FGTB (Socialiste) et la CGSLB (Libéral). Il existe également un petit syndicat qui ne représente que les cadres, la CNC. Les cotisations syndicales varient d'un syndicat à  l'autre, mais elles tournent généralement autour de 15 euros/mois maximum, avec des tarifs préférentiels pour les chômeurs, les jeunes, les invalides, etc.

Marc: "un choix naturel"

Pour Marc le choix de la syndicalisation est venu naturellement. En tant qu'employé dans un groupe multinational qui compte des milliers de salariés, il se sentait un peu perdu face à  la direction. " Ce n'est pas toujours évident de connaître ses droits et surtout de les faire valoir quand on travaille dans une compagnie de cette taille ". Pour lui les syndicats permettent d'équilibrer les rapports avec la hiérarchie, en plus d'être tenu informé sur la vie de l'entreprise.

Marc rappelle aussi que les avantages de l'affiliation ne s'arrêtent pas aux portes de l'entreprise. " On a accès à  toute une série de services qui peuvent se révéler utiles, même en-dehors du travail. " Par exemple, en cas de conflit avec un organisme de sécurité sociale, Marc peux faire appel à  son syndicat pour l'aider dans ses démarches. Et de rappeler qu'il existe également divers avantages réservés aux affiliés comme des réductions sur des voyages, des activités culturelles, etc.

Olivier: "Les syndicats n'ont pas une bonne image"

Mais pour Olivier ces avantages liés à  l'affiliation ne justifient pas le montant des cotisations syndicales. Il travaille depuis 3 ans dans un magasin de sport et jusqu'ici il n'a jamais songé à  s'affilier à  un syndicat. " Je ne vois pas l'intérêt. Si j'ai un problème je vais voir mon patron directement, je n'ai pas besoin de passer par quelqu'un d'autre ".

Selon lui, la démarche pourrait d'ailleurs être mal perçue par sa direction, voir même par ses collègues. " Les syndicats n'ont pas forcément une bonne image ", explique-t-il. " On a parfois l'impression qu'ils revendiquent pour revendiquer. Je n'ai pas envie de donner l'impression que je me méfie de quelque chose en m'affiliant. " Olivier juge ses relations de travail excellentes. Et il estime que le fait de se syndiquer pourrait mettre à  mal le climat de confiance qui règne sur son lieu de travail.

Texte: Cédric Leterme

Et vous, êtes-vous syndiqué? Pourquoi?

Retour à la liste