Pourquoi viser un état de flow (et comment l’atteindre) ?

Rédigé par: Christophe Lo Giudice
Date de publication: 3 mars 2023
Catégorie:

Que faut-il faire pour accomplir l’impossible ? Cette question, Steven Kotler, entrepreneur, expert en performance humaine, auteur de livres à succès, a passé des années à l’explorer et identifie 4 leviers : la motivation, l’apprentissage, la créativité et… le flow.

Flow

L’impossible, c’est tout ce qui n'a jamais été fait avant et qui, pour la plupart des gens, ne le sera jamais. Ce sont les exploits qui dépassent à la fois nos capacités et notre imagination. Ils se situent au-delà de nos rêves les plus fous, au sens le plus littéral du terme. Mais l’impossible, c’est aussi ces choses plus modestes que nous croyons impossibles pour nous. Ce sont les réalisations que personne, y compris nous-mêmes, au moins durant un certain temps, n'aurions jamais imaginé être capable d’accomplir.

Le flow, un état qui décuple nos performances

« Peu importe le domaine, chaque fois que l’impossible devient possible, chaque fois que quelqu’un accomplit quelque chose qui n’a jamais été fait, chaque fois qu’un individu fait quelque chose qui lui semblait, à lui, impossible, c’est parce qu’il se situe dans un état que les chercheurs qualifient de flow », explique Steven Kotler.

Ce concept de la psychologie positive, élaboré à partir de 1975 par Mihály Csíkszentmihályi, se définit comme un état mental optimal atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité, en plein engagement et en satisfaction de son accomplissement. « L’action et la conscience fusionnent. Le reste disparaît. Le temps passe étrangement. Les performances s’envolent », précise-t-il en citant une série de résultats de recherche impressionnants. « Dans le flow, la productivité peut être amplifiée jusqu’à 500%, l’apprentissage jusqu’à 230%, la créativité et l’innovation à hauteur de 400%. L’impact sur le sens, la satisfaction dans la vie, la collaboration et l’empathie, et même la conscience écologique, a également été démontré. »   

« Le flow est un état de très haute énergie. »

Moment présent

Qu’est-ce qui peut permettre aux individus, aux organisations, et mêmes aux institutions, d’atteindre cet état ? Sur base de ses recherches et de celles d’autres scientifiques, Steven Kotler met en évidence 22 déclencheurs pouvant aider à faire passer les performances au niveau supérieur. Dans ce qu’il présente comme une « boîte à outils », il range d’abord les déclencheurs individuels : la curiosité, la passion, le sens, l’autonomie, la concentration totale, le risque, la nouveauté, la complexité, l’imprévisibilité, l’incarnation profonde, le feed-back immédiat, les objectifs clairs, le rapport entre les défis et les compétences, ou encore la reconnaissance.

Viennent ensuite les déclencheurs collectifs qui peuvent aider une équipe à atteindre un état de flow : la concentration totale, les objectifs partagés, les risques partagés, l’écoute attentive, l’autonomie et un sens du contrôle, le mélange des égos, la familiarité, la participation égale ainsi qu’une communication ouverte. Que faire d’autre pour accroître les performances ? « Le flow est un état de très haute énergie. Il faut donc maintenir l’énergie, note Kotler. Pour stimuler les performances de pointe et atteindre le flow, vous devez avoir les fondations correctes. Le bien-être physique et mental est important pour accomplir l’impossible. »

 Du point de vue physique, il met en évidence trois éléments fondamentaux :

  1. l’hydratation et la nutrition : Selon lui, il n'existe pas de règles spécifiques en la matière, car elles varient selon les individus. « À vous de trouver ce qui fonctionne pour vous. »
  2. 7 à 8 heures de sommeil : « Si vous voulez vous sentir bien dans votre vie, vous devez avoir une bonne nuit de sommeil. »
  3. un soutien social solide : « C’est fondamental pour le bien-être et la santé mentale, mais ce l’est aussi pour maintenir les niveaux d'énergie élevés dont nous avons besoin dans le flow. »

À l’inverse, l’anxiété est mauvaise pour les performances. Trois principes de base aident à lutter contre celle-ci : la pratique de la gratitude (5 minutes), la méditation (11 minutes) et l’exercice physique (20 à 40 minutes).

Quels sont les déclencheurs du flow ?

Plus spécifiquement dans le travail, Steven Kotler met en exergue 3 déclencheurs de flow :

  • des objectifs clairs : « Définissez d'abord clairement vos objectifs, puis vos actions. » Il conseille de toujours terminer vos journées de travail en énumérant vos objectifs et vos actions pour le jour suivant.
  • une concentration totale : « Vous ne pouvez pas être multitâche. Pour entrer dans le flow, nous avons besoin de 90 à 100 minutes pour nous concentrer sur ce que nous faisons. » Il indique toujours éliminer toutes les sources de distraction (emails, médias sociaux, etc.) lorsqu'il veut se concentrer.
  • l’équilibre défis/compétences : « Nous accordons le plus d'attention à la tâche à accomplir lorsque celle-ci dépasse légèrement nos compétences. La clé est que vous vous sentiez un peu mal à l’aise, mais pas dépassé. »

L’Américain souligne que la performance de pointe n’est pas uniquement affaire de flow. « Ce n’est qu'un élément d'une équation de la performance à 4 paramètres, nécessitant par ailleurs des outils de motivation, des outils d’apprentissages et des outils de créativité. Les performances de pointe ne sont rien d'autre que le fait d'amener notre biologie à travailler pour nous plutôt que contre nous. »