Productivité: moins de bonus, plus d'amitié !

On a coutume d'affirmer qu'il vaut mieux ne pas mélanger amitié et travail. Pourtant, une étude montre que collaborer avec des amis qui travaillent dur peut justement augmenter la productivité. "Les entreprises feraient parfois mieux d'investir dans des incentives sociaux que dans des gratifications financières", affirment les chercheurs de The London School of Economics.


Les liens d'amitié seraient-ils néfastes pour une relation de travail ? Pas selon l'étude qu'ils ont réalisé. "Les liens sociaux exercent-ils une influence sur les prestations individuelles des employés? " : telle était la question de départ sur laquelle se sont penchés les chercheurs.

Ils ont étudié le comportement de cueilleurs de fruits, aussi bien les jours durant lesquels ils travaillaient avec des amis que ceux durant lesquels ils travaillaient avec des gens qui n'appartenaient pas à  leur cercle social. Conclusion de l'enquête: l'employé moyen est de 10% plus productif lorsqu'il collabore avec un ami plus compétent.

 

L'amitié entraîne la productivité et non l'inverse

 

Concrètement, les enquêteurs ont constaté la chose suivante: quand l'un des cueilleurs avance vite, le deuxième est enclin à  faire un effort, afin de pouvoir suivre son ami et de bavarder pendant la tâche. La productivité accrue est donc davantage un effet secondaire de la volonté des amis à  effectuer le travail de manière conviviale que le résultat d'une volonté de travailler vite et bien.

Malheureusement, les employés compétents sont moins productifs lorsqu'ils travaillent avec un ami très lent. Si les premières personnes de l'entreprise sont des travailleurs lents, mieux vaut ne pas les faire travailler avec des amis, car les " toppers " seront freinés en leur présence. Mais tout bien considéré, la productivité augmente lorsque des amis collaborent, affirment les chercheurs.

 

Les ouvriers et les employés concernés

 

Ces résultats sont-ils également valables pour les travailleurs qui n'effectuent pas nécessairement un travail manuel ? Selon les chercheurs de la London School of Economics, oui. " L'intensité de l'effet des incentives sociaux dépend des situations spécifiques de l'entreprise, mais l'essentiel de nos résultats concerne généralement la manière dont les employés se comportent ", écrivent-ils.

Les résultats sont donc valables pour les ouvriers et les employés. Ils ajoutent également que les stimulants sociaux ont un effet positif sur le fonctionnement de toute l'entreprise. " Non seulement les employés sont prêts à  faire un effort lorsqu'ils travaillent en compagnie d'amis, mais ils acceptent également de renoncer à  des revenus lorsqu'ils peuvent travailler avec des amis.

Ce qui, selon les chercheurs, jette une toute autre lumière sur la manière dont les employés sont rétribués. Les entreprises seraient donc parfois plus inspirées d'investir dans des incentives sociaux que dans des rétributions financières.

Texte: Dominique Soenens

Retour à la liste