Promouvoir l’humain en plaçant le patient au centre

Date de publication: 13 oct. 2019
Catégorie:

Un métier analytique mais aussi extrêmement riche sur le plan humain, de par son approche relationnelle et interdisciplinaire au service du patient

CHU

Esprit analytique, expérience du terrain et des différentes pathologies, connaissances techniques, logique, communication, curiosité mais aussi rigueur, sens du contact, esprit d’équipe, humanité et polyvalence. Ce ne sont là que quelques-unes des qualités nécessaires pour exercer les métiers de la santé, même ceux qui ne concernent pas directement des fonctions de soins. Ceux-ci restent avant tout des métiers altruistes, qui nécessitent une réelle vocation d’aide à autrui, l’envie d’apprendre et de développer continuellement ses compétences techniques et relationnelles. Celui d’infirmière codificatrice RHM (Résumé Hospitalier Minimum) ne fait pas exception. Pour évoquer ses réalités actuelles, nous avons rencontré Françoise Wilmotte, entrée au CHU UCL Namur il y a 40 ans (1979) en tant qu’infirmière, et entrée au RHM en 1995 dans cette fonction de codificatrice hospitalière.

CHU

 « Je suis arrivée au CHU UCL Namur après mes études d’infirmières en 1979. Cela fait donc 40 ans que j’y suis ! Après 16 ans dans les unités de soin, il m’a été proposé d’intégrer ce qui s’appelait encore à l’époque le RCM (Résumé Clinique Minimum devenu aujourd’hui le RHM). Mon expérience d’infirmière de terrain dans les différentes unités de soin était en effet très utile et donc précieuse pour le service. Pour ma part, j’étais heureuse de découvrir un nouveau service, une autre facette de la vie d’un hôpital et de valoriser mon expérience en contribuant à son bon fonctionnement par mon apport. Enfin, après 16 ans, j’aspirais à avoir des horaires plus réguliers. J’ai donc appris à codifier sur le terrain et au travers de formations. »

En quoi consiste concrètement le métier de codificateur/ice en milieu hospitalier ?  

« Le travail d’une codificatrice en milieu hospitalier consiste principalement à traiter les dossiers hospitaliers et "one day"  de tous les patients. Ces dossiers revêtent une importance fondamentale puisqu’ils contiennent notamment la ou les pathologies dont le patient est atteint. Ces différents éléments sont transmis au Ministère qui en déduit des moyennes par lesquelles il détermine et prescrit les durées de séjour pour chaque pathologie. Ce qui à son tour impacte le financement des hôpitaux par la mesure de leur efficience. Nous devons donc analyser et coder toutes les hospitalisations, tant classiques que d’un seul jour. Concrètement cela implique d’analyser le dossier, de déterminer le diagnostic principal, les diagnostics secondaires, les symptômes, les circonstances sociales, les causes externes de la maladie et les prestations techniques reçues du patient, de les codifier selon la classification internationale des maladies, l’ICD10, qui est une classification hospitalière. C’est donc un travail de recherche, d’étude et d’analyse qui requière, forcément, une bonne connaissance de l’anatomie. S’il fait évidemment appel à des compétences logiques ou analytiques, il demande aussi des qualités plus relationnelles comme l’écoute, l’esprit d’équipe, le sens du contact, toutes les capacités de communication et de collaboration au sens large, qui sont toutes aussi essentielles, notre cellule est intégrée, incontournable et innovante dans la vie de notre clinique.  Il faut donc réfléchir, se former et se remettre constamment en question et à la page dans un cadre de développement permanent. Le tout en s’intégrant harmonieusement à des équipes multidisciplinaires et aux particularités de l’environnement hospitalier, notamment du point de vue émotionnel. C’est ce qui rend le challenge aussi gratifiant ! » Ajoute-t-elle.

L’entité hospitalière namuroise se définit elle-même au travers de 5 valeurs : bienveillance, excellence, exemplarité, respect et synergie. À laquelle d’entre-elles, en tant que codificatrice hospitalière, vous identifiez-vous le plus ?

 « Je dirais excellence et respect. Respect par rapport à l’importance capitale de la communication et de l’esprit d’équipe dans l’accomplissement de notre mission. Ainsi que dans la promotion du côté humain et de place centrale que doit occuper le patient au travers de toutes nos actions. Et excellence de par la précision, la rigueur et l’exactitude requises. C’est un métier instructif et intéressant où l’on apprend absolument chaque jour.»

>> Postuler à l'offre d'emploi

.