Passer au contenu principal

Publicités toutes boîtes : un média bien vivant

Rédigé par: Philippe Van Lil
Date de publication: 15 juin 2022

Eh non, Internet n’a pas tué le support papier ! Chaque semaine, des millions de ménages belges à la recherche de bonnes affaires attendent leurs prospectus dans leur boîte aux lettres. Témoignage d’un distributeur travaillant pour la société BD myShopi

Fin juin, Gianni Iuvinale fêtera ses 65 ans. Arrivé l'an dernier à l'âge de la pension, cet habitant de Boussu, dans le Borinage, s’est demandé comment occuper ses journées : « Je travaille depuis mes 16 ans. Je n’imaginais pas m’arrêter ! Manger des chips et boire des bières en regardant la télé toute la journée ? Non merci, pas pour moi ! J'ai décidé que j'allais m'occuper autrement. »

Gianni Iuvinale

Gianni, jeune pensionné, heureux papa deux enfants et petits-enfants.

Comme papa…

La solution a coulé de source. Gianni a en effet toujours travaillé dans des activités impliquant des déplacements porte-à-porte. Lorsqu’il a vu passer la petite annonce de la société BD myShopi qui cherchait à engager des distributeurs de publicités toutes boîtes, il a bondi sur l’occasion. « Le job m’a directement enchanté. D’autant plus que ça me rappelait mon papa qui, comme beaucoup de mineurs à la pension autrefois dans la région, faisait ce genre de boulot. »

« Evidemment, les choses ont un peu évolué depuis lors », poursuit-il. « À l'époque, les distributeurs allaient chercher tout le matériel en entrepôt et s'occupaient eux-mêmes de préparer les paquets de publicités à la maison. De nos jours, chaque vendredi, nous prenons livraison de 2.500 lots de publicités déjà emballées. »

Un job à dimension sociale

Gianni couvre trois zones de distribution : « J'ai eu la chance de pouvoir choisir. Dès lors, j’en ai pris deux à Boussu et une à La Bouverie, juste à côté. J'ai le temps pendant le weekend et jusqu’au mardi soir pour tout distribuer dans les boîtes. Au début, la distribution cela me prenait une dizaine d'heures sur une journée car je ne savais pas trop comment m'y prendre. Aujourd'hui, j’expédie le tout en 5 ou 6 heures. »

Notre interlocuteur insiste sur la liberté d’organiser son emploi du temps : « Le distributeur est libre de s'organiser comme il l'entend, du moment qu’il respecte les délais. Et il ne faut surtout pas croire que c’est un marathon. Il y a beaucoup de préjugés à propos de ce genre de boulot mais, en fait, ce n'est pas un travail très fatigant. Je prends mon temps. S’il pleut, je m'arrête le temps que ça passe. Et je discute avec les gens. »

Car, oui, ce job a une dimension sociale importante : « Les gens sont vraiment heureux de pouvoir parler avec nous. Il faut être conscient que nombre de personnes, en particulier parmi les seniors, sont seules en permanence et ne parlent quasiment jamais à personne. De semaine en semaine, de plus en plus de personnes me reconnaissent et sont réellement contentes de m’adresser même un simple bonjour. »

Gianni Iuvinale Gianni, Coursier Promo déjà une année passée chez BD myShopi.

Publicité ? Oui, merci !

De plus, les publicités toutes boîtes restent d'un grand intérêt pour un vaste public… pas que pour les seniors ! « Vu la crise actuelle, beaucoup de gens attendent avec impatience de les consulter pour voir quelles bonnes affaires réaliser dans les grandes surfaces. Des gens m'abordent même souvent dans la rue pour me demander un folder. Un jour, un homme m'a couru après dans la rue : pour avoir ses publicités car il les attendait avec impatience et je n’étais pas encore arrivé jusque chez lui », s'esclaffe-t-il. Et c’est tout aussi réjouissant qu’il conclut : « J’utilise l’argent que je gagne avec ce job pour aller voir mes enfants dans le sud de la France. »

>> Vous aussi vous voulez devenir coursier promo ?