Puis-je interrompre ma carrière ?

Rédigé par: Mélodie Voué
Date de publication: 6 nov. 2019

Qui n’a jamais rêvé de faire une pause dans sa carrière pour faire le tour du monde ou simplement souffler un peu ? Si le congé sabbatique est prévu par le Code du travail chez nos voisins français, c’est différent chez nous. 

sabbatique

En France, un salarié a le droit de quitter son entreprise pour une période de 6 à 11 mois, moyennant certaines conditions. Au terme de son congé sabbatique, l’employé retrouve son emploi précédent (ou similaire) et ne subit pas de baisse de salaire.

>> A lire aussi : Marre de votre job ? Comment le quitter sans démissionner

En Belgique, c’est un peu plus compliqué. Dans le secteur public, on l’appelle l’interruption de carrière. Vous pouvez arrêter temporairement de travailler et l’ONEM vous paie un revenu de remplacement. Dans le secteur privé, il s’agit du crédit-temps. Il faut alors répondre à certaines conditions pour bénéficier d’une allocation mensuelle : c’est le crédit-temps avec motif

>> A lire aussi :  Break@Work: la nouvelle appli pour les interruptions de carrière

Auparavant, il était également possible de profiter d’un crédit-temps sans motif, mais il a été supprimé en 2017. L’ONEM n’octroie donc plus d’allocations pour les interruptions non justifiées (voyages, raisons personnelles...). Ces allocations pouvaient grimper jusqu’à 576 euros net par mois. Une interruption de carrière « pour le plaisir » équivaut donc aujourd’hui à un congé sans solde

>> A lire aussi : Le crédit-temps sans motif passe à la trappe

Le congé sans solde n’est pas prévu par la loi. L’employeur peut le refuser au travailleur. Le plus simple est de vérifier s’il n’existe pas un usage dans l’entreprise ou une disposition du contrat de travail à ce sujet. L’employeur et le travailleur fixent les modalités librement : date de début, durée, avantages extra-légaux… Il est conseillé de poser votre accord par écrit pour éviter les mauvaises surprises. 

>> A lire aussi : Comment bien préparer son congé sabbatique ?

Evidemment, prendre un congé sans solde a des conséquences : pas de rémunération le temps de l’absence, mais aussi un impact sur le droit à la prime de fin d’année, au chômage, aux vacances annuelles, à l’assurance maladie et à la pension. Mieux vaut donc bien penser son projet avant de prendre sa décision. 

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi