Puis-je travailler un jour férié?

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 30 avr. 2020

En principe, les travailleurs ne peuvent être occupés pendant les 10 jours fériés de l’année civile définis par la législation. Mais tout principe comporte ses exceptions. Tout dépend si dimanche est synonyme de repos ou de travail pour l’employé…

1er mai

Le premier mai pointe le bout de son nez et annonce, pour la majorité des Belges, un jour de congé bien mérité. Mais est-il possible de travailler le jour de la fête du travail?

En principe, les travailleurs ne peuvent prester pendant les 10 jours fériés légaux de l'année civile et ce, quelles que soient la nature de leurs fonctions, de leur ancienneté et la durée de leurs prestations, selon le SPF (Emploi, Travail et Concertation sociale).

Ces dix jours de congés sont :

  • Le jour de l’an (1er janvier)
  • Le lundi de Pâques
  • La fête du travail (1er mai)
  • L’ascension
  • Le lundi de Pentecôte
  • La fête nationale (21 juillet)
  • L’assomption (15 août)
  • La Toussaint (1er novembre)
  • L’armistice (11 novembre)
  • Noël (25 décembre)

Lorsqu'un jour férié coïncide avec un dimanche ou un jour habituel d'inactivité dans l'entreprise (généralement le samedi), il doit être remplacé, avant ou après, par un autre jour de repos (jour de remplacement) qui sera nécessairement fixé sur un jour habituel de travail, précise le SPF. Dans ce cas, le jour férié perd son caractère de jour férié et le jour de remplacement devient le véritable jour férié.

Mais...

Mais tout principe comporte ses exceptions. En effet, les travailleurs peuvent être occupés un jour férié ou un jour de remplacement dans le cas de dérogations où le travail du dimanche est autorisé. Autrement dit, si vous travaillez les dimanches, vous êtes en droit de prester pendant les jours fériés. Dès lors, le travailleur a droit à un repos compensatoire :

  • D’un jour complet lorsque ses prestations de travail ont duré plus de 4 heures
  • D’une demi-journée si ses prestations n’ont pas excédé 4 heures

Ce repos compensatoire doit concorder avec un jour d’activité normale du travailleur et doit être octroyé dans les 6 semaines qui suivent le jour férié ou le jour de remplacement. Attention, si vous ne prenez pas ce jour de repos, vous ne serez pas payé pour le jour férié !

>> A lire aussi : 1er mai : les origines de la fête du travail

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi