Quand le sport s’invite au bureau

Publié :

Aujourd’hui, il n’est plus à démontrer les vertus que peut avoir le sport sur la santé et le bien-être, tant les études sont nombreuses sur le sujet. Au point de convaincre les entreprises, elles aussi, à pousser leurs collaborateurs à suer régulièrement. Car des travailleurs heureux et en forme, cela signifie aussi moins d’absentéisme et plus de productivité. 

La semaine dernière, l’entreprise Fit20 s’est lancée dans un crowdfunding afin de développer son offre de studios de fitness en Belgique. D’origine hollandaise, l’entreprise s’est fait connaître en proposant des séances de fitness express de vingt minutes avec coach personnel. Actuellement, l’entreprise dispose de quatre studios ouverts au public à Bruxelles, Anvers et Gand. Mais la société nourrit d’autres ambitions avec le souhait d’également s’intégrer directement en entreprises. Un marché porteur puisqu’elles sont désormais de plus en plus nombreuses à se soucier du bien-être de leurs collaborateurs. L’entreprise n’est d’ailleurs pas tout à fait novice dans le domaine puisqu’elle compte déjà ce type de salle dans plusieurs sociétés au Pays-Bas. « C’est une façon de se distinguer pour certaines entreprises. Elles montrent ainsi quelles accordent de l’intérêt à leurs collaborateurs », explique Marc God, Managing director de Fit20 en Belgique.

Mais avoir dans ses équipes des travailleurs heureux n’est probablement pas la seule motivation à investir dans une salle de fitness. Des employés en forme, cela signifie aussi du personnel moins souvent malade et donc moins souvent absent. Un constat qu’a d’ailleurs pu faire Fit20 auprès d’un de ses clients. « Nous avons fait une étude chez Siemens au Pays-Bas, où nous disposons d’une salle depuis six mois. Ils ont pu constater une baisse de 2 % de l’absentéisme. Pour un grand groupe, la différence se compte directement en milliers d’euros » , explique Marc God.

> Voir aussi : 7 jobs de rêve pour les fans de sport

Les salles de sport, aussi pour les PME

Après le marché de nos voisins du nord, la société espère donc maintenant convaincre les entreprises belges. Et les ambitions sont de taille pour le groupe. «L’objectif d’ici huit ans est d’être installé dans cinquante sociétés, partout en Belgique », précise encore le Managing director. Pour atteindre ses objectifs, la société hollandaise visera large. Il n’est pas nécessaire d’être une multinationale ou de compter des centaines de travailleurs pour avoir sa propre salle de sport. Fit20 l’a bien compris et proposera une formule adaptée, permettant aux structures de plus petites tailles d’aussi pouvoir profiter des bienfaits d’une salle de fitness. « On vise aussi les petites entreprises avec une formule différente où la salle est également accessible pour des personnes extérieures à l’entreprise. Nous y sommes ainsi tous les deux gagnants. D’une part, l’entreprise profite d’une salle en interne, ce qui est avantageux pour ses travailleurs et, d’autre part, cela permet de toucher un public qui ne se restreint pas à la société » , continue Marc God.

> 7 astuces simplissimes pour une meilleure ambiance au bureau

Des centaines de sportifs chez Coca-Cola

Les entreprises n’ont toutefois pas attendu cette nouvelle offre pour faire transpirer ses collaborateurs. Chez Coca-Cola par exemple, la société dispose d’une salle depuis plus de quinze ans. « Lorsque nous avons déménagé, nous nous sommes renseignés auprès des employés sur leurs attentes. C’était l’une des demandes récurrentes », explique Sébastien Berlanger, Facilities Manager chez Coca-Cola. Toutefois, ce n’est que depuis quelques années, que ce dernier a pu voir un engouement grandissant. « Au début, la fréquentation était assez stable. Nous avons ensuite élargi l’offre en proposant des cours sur le temps de midi qui sont très appréciés. On compte, en moyenne, entre 12h et 14h, une centaine de visites à la salle ». Afin de répondre aux attentes, l’horaire se veut forcément très large. « Les premiers sont là dès 6h30 et la salle reste ouverte jusque 21h30. Aujourd’hui, on est à un point où, lorsque l’on souhaite modifier l’horaire des entraînements, nous devons avoir une communication en interne proactive pour tenir les personnes au courant car c’est devenu très important pour une partie du personnel », explique le manager. Environ 40 % des collaborateurs sont ainsi inscrits à la salle. « Cela représente plus de 400 travailleurs. Parmi eux, 80 % sont vraiment actifs ».L’entreprise n’a jamais étudié l’impact de cette initiative sportive sur l’absentéisme ou la productivité. Sa large adoption par le personnel prouve toutefois l’intérêt d’investir pour la santé de ses collaborateurs. « Lors de nos enquêtes de satisfaction, c’est un point qui est très souvent mis en avant et qui est vraiment apprécié », ajoute encore Sébastien Berlanger.

Coca-Cola multiplie aussi depuis peu les initiatives hors de la salle. « On a un programme start to run , on organise également des randonnées à vélo le weekend. On dispose aussi de terrains de beach tennis et même de pétanque », sourit le manager. Davantage d’heures de pratique seront probablement nécessaires pour se sentir mieux physiquement.

> Consultez les nombreuses offres d'emploi disponibles !

Retour à la liste